Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de faire et de poche.

Locution verbale Modifier

 
Affiche de revendication des buralistes français qui accusent le gouvernement de faire les poches des fumeurs.

faire les poches \fɛʁ lɛ pɔʃ\ ou \fɛʁ le pɔʃ\ (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. Fouiller les poches de quelqu’un pour découvrir ce quelles contiennent.
    • Lorsque Robert s'approcha, l'homme au sol était déjà mort. Il lui fit les poches et découvrit, sans réelle surprise, qu'il n'avait pas de papiers d'identité. — (Lydie Blaizot, Autour de Londres, éditions du Petit Caveau, 2013)
    • Si je comprends bien, il va falloir que je te fasse les poches et que j'évite de te laisser tout seul ? Nous en reparlerons plus tard. — (Jane Sigaloff, Personnel et confidentiel, traduit de l'anglais par F.M.J. Wright, éd. Harlequin, 2005, chap. 3)
  2. (En particulier) Voler ce qui est dans la poche de quelqu’un.
    • Avec Gérard, qui lui ne priait pas non plus, on aimait plutôt fouiner discrètement dans les locaux du curé où se trouvaient les salles de catéchisme. On faisait les poches dans les vestiaires et la razzia sur tout ce qu'on pouvait chaparder. — (Daniel Panizzoli, Michto ou la haine crescendo, I.S Edition, 2012, vol. 1, chap. 1)
    • Ses vidéos le montrent tantôt en train de faire les poches d'un cadavre du camp ennemi en état de décomposition pour récupérer une liasse de dollars, tantôt s'adonnant en Syrie à des rodéos au volant d'une berline de marque. — (David Thomson, Les Revenants: Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France, éd. du Seuil, 2016)
  3. (Figuré) Voler ; escroquer.
    • C'est l'application technologique du vieux principe selon lequel « grand-père n'a pas besoin de tout cet argent », ce qui légitime le fait qu'on lui fasse les poches quand il a le dos tourné. La compagnie Origan fait donc les poches des vieux en permanence. — (Christian Combaz, Le troisième âge est un tiers état, Éditions du Cerf, 2016)

PrononciationModifier