faute d’un point, Martin perdit son âne

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Ce proverbe est étroitement lié à l'histoire d'un abbé dénommé Martin. On dit qu'il avait fait écrire sur le portail de l'abbaye Asselo (en latin asselus : petit âne), la phrase suivante : "Porta, patens esto. Nulli claudaris honesto". (Porte, reste ouverte. Ne sois fermée à aucun homme honnête.) Mais, malheureusement le point fut mal placé et mis après nulli ce qui donna : Porte, ne reste ouverte pour personne. Sois fermé à l'homme honnête. Le Pape lors d'un passage fut indigné de voir cette phrase et priva Martin de son abbaye. C'est de cette fâcheuse aventure, qu'est né le dicton latin " Pro solo puncto caruit Martinus asselo (Pour un seul point Martin perdit son âne) par confusion du nom de son ancien abbaye avec le mot latin signifiant âne.

Locution-phrase Modifier

faute d’un point, Martin perdit son âne \fot d‿ɛ̃ pwɛ̃ maʁ.tɛ̃ pɛʁ.di sɔ̃.n‿an\

  1. Il a manqué fort peu de chose à quelqu’un pour gagner une partie de jeu ou pour réussir dans une affaire.

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier