FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Possible altération de faim-valle (dialecte « forte faim, boulimie des chevaux », faim-galle dans une variante poitevine), peut-être contaminé par fringuer.
  • Je suis persuadé que le mot faim-valle, faim-galle ou fraim-galle, que Ménage dit être particulièrement usité en Anjou, province limitrophe de la Haute-Bretagne, où le langage populaire est mêlé de mots français et de mots bretons, est composé du français faim, et du celto-breton gwall, en construction wall ou vall, mauvais, et signifie par conséquent à la lettre, faim mauvaise [...] — (François Joseph Noël, Philologie Française ou dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique, littéraire, Le Normant père, Paris, 1831)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fringale fringales
\fʁɛ̃.ɡal\

fringale \fʁɛ̃.ɡal\ féminin

  1. (Vieilli) Faim insatiable ; faim canine.
    • Vu que la fringale me cassait les jambes, je me couchais sous les grosses pierres du Louvre. — (EugèneSue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • C'est aussi le moment de sa plus grande voracité; du reste, entre chaque mue, le ver est pris d'une sorte de fringale à laquelle on donne le nom de « fréze ». — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Vous pouvez retourner ça dans tous les sens
      La bouffe vient d’abord, ensuite la morale.
      Il faut d’abord donner à tous les pauvres gens
      Une part du gâteau pour calmer leur fringale.
      — (BertoltBrecht, L'Opéra de quat'sous, 1928 ; acte II, scène 6 ; traduit de l’allemand par Jean-Claude Hémery, 1959)
  2. (Familier) Faim subite, pressante.
    • Martin avait une telle fringale qu'il jugea que le plus pressé était de satisfaire son appétit, quitte à risquer plus tard d'assouvir celui de son hôte. — (CharlesDeulin, Martin et Martine)
  3. (Figuré) Envie ; désir pressant ; boulimie.
    • Une fringale de travail, de plaisirs, d’honneurs.
    • J’avais très peu de livres dans mon enfance, depuis, j'ai une fringale de lecture.
    • Quant aux passions de madame Aurélie, à ses prétendues fringales de jeunes hommes obéissants, elles étaient certainement fausses. — (ÉmileZola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Dans les grandes villes, il n’y a pas de concupiscence, mais rien qu’une envie confuse de faire l’amour, de ne pas rester sur sa fringale d’amour. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 228.)

SynonymesModifier

→ voir faim

TraductionsModifier

RéférencesModifier