FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1538) Dénominal de greffe issu du latin graphium, graphiolum (ce dernier pour le sens botanique). Faisait graffer en moyen français.

Verbe Modifier

greffer \ɡʁe.fe\ ou \ɡʁɛ.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Horticulture) Faire une greffe.
  2. (Médecine) Faire une greffe, introduire dans le corps un nouvel organe en remplacement de celui qui manquait ou était défaillant.
  3. (Figuré) Insérer ; ajouter.
    • […] sur ces sentiments de basse vanité, se greffait encore l’orgueil d’une vertu qu’il n’avait même pas conquise au prix d’efforts. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Et, comme cela n'était pas suffisant, Vallese a augmenté la dose du Twin Cam en y greffant des pistons Wiseco portant la cylindrée à 1 550 cc (au lieu de 1 450 cc) et en retravaillant l’embiellage, les arbres à cames, la cartographie d'injection ou l'embrayage (via un kit Barnett). — (Claude de La Chapelle, Passion Harley, Tana Éditions, 2014, p. 140)
    • Dans Malhação par exemple, comme d'ailleurs dans toute télénovela, il y a une famille centrale autour de laquelle se greffent des intrigues amoureuses, mêlant tour à tour les thèmes de la santé, la jeunesse, la joie et la sexualité, et surtout l’adultère. — (Stéphane Malysse, « Ce que la beauté fait faire : Sociétés et corps en transformations. Études brésiliennes », chap. 11 de Quête de beauté, pratiques culturelles et risques, dirigé par Bernard Cadet & Gérard Chasseigne, Éditions Publibook Université, 2012, p. 205)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier