FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Suffixation argotique de gris, qui avait, au XIXe siècle, le sens de « cher, précieux » selon le Dictionnaire de la langue verte d’Alfred Delvau (1866). Le Dictionnaire du français non conventionnel (Rey et Cellard, éditions Hachette) rapproche, de façon hypothétique, ces deux mots de grisbi.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin grisol
\ɡʁi.zɔl\

grisols
\ɡʁi.zɔl\
Féminin grisole
\ɡʁi.zɔl\
grisoles
\ɡʁi.zɔl\

grisol \ɡʁi.zɔl\

  1. (Argot) Coûteux, cher.
    • Pour l’instant, les deux souris se farcissaient le mint julep corsé que Colette ne tapait que pour les gorges amies, bicause son prix de revient trop grisol pour la clientèle. — (Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 41)
    • - Approchez donc, mes beaux messieurs ! Visez-moi ces niolles, ces montants, niflez un peu ces limaces ! Ici, on se bâche pour des broques ! C’est pas grisol ! — (Frank Le Gall, Les Marais du temps, Dupuis, 2007)

Adverbe Modifier

grisol \ɡʁi.zɔl\

  1. (Argot) Cher, bonbon.
    • Les dizaines de michetons qu’elle avait quimpés, y compris l’extraordinaire baronnet, si ça leur avait coûté grisol, pouvaient pas sur ce point se porter plaignants. — (Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 140)

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier