Ouvrir le menu principal
Voir aussi : bɔnbɔn, Bonbon

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Par redoublement enfantin de bon.
(Éléphants de mer) (XXe siècle) Parce que les jeunes éléphants de mer se font manger « comme des bonbons » par les orques [1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bonbon bonbons
\bɔ̃.bɔ̃\

bonbon \bɔ̃.bɔ̃\ masculin

 
Des bonbons. (1)
  1. (Confiserie) Sucrerie, friandise faite avec du sucre. Dans le langage des enfants, ce mot désigne toute sorte de friandise.
    • Il s’avouait parfaitement qu’il n’avait pu résister à l’envie d’acheter des bonbons, dans l’intention de lier connaissance avec cette petite fille dont la grâce étrange le captivait si invinciblement […] — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Tout y était : […], des Marie peintes avec le vert glacé des angéliques et les roses acidulés des bonbons anglais ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Je vous ai apporté des bonbons
      Parce que les fleurs c’est périssable
      Puis les bonbons c’est tellement bon
      Bien que les fleurs soient plus présentables
      Surtout quand elles sont en boutons
      Mais je vous ai apporté des bonbons.
      — (Jacques Brel, Les Bonbons, 1964)
  2. (Au singulier) (Anatomie) (Familier) Sexe féminin.
    • Les filles étaient habillées au ras du bonbon et ne se cachaient pas. Elles me mettaient leurs culottes, toutes blanches, sous le nez. — (Olivier Berger, Vous ne pouvez pas vous souvenir, page 13, 2003)
  3. (Au pluriel) (Anatomie) (Familier) Testicules.
    • J’ai la quéquette qui colle,
      J’ai les bonbons qui font des bonds […]
      — (Les Mules, J’ai la quéquette qui colle, 1999)
  4. (Vocabulaire des TAAF) Jeune éléphant de mer [1].

Variantes orthographiquesModifier

NotesModifier

La règle veut qu’il y ait un m devant m, p et b. Exceptions : bonbonne, néanmoins, panpan, panmixie, pinpin et perlimpinpin ; les dérivés de bon, de main : bonbon, bonbonnière, embonpoint, mainmise, mainmorte ; des mots étrangers et leurs dérivés comme Istanbul, Istanbuliote (mais Stamboul, nom "français" d'İstanbul, et stambouliote, suivent la règle générale).

SynonymesModifier

Confiserie (1) :

DérivésModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

Adverbe Modifier

bonbon \bɔ̃.bɔ̃\

  1. (Argot) Très cher.
    • Ça m’a coûté bonbon. - Ça vaut bonbon.

DérivésModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « bonbon [Prononciation ?] »
  • France (Paris) : écouter « bonbon »
  • France (Paris) : écouter « bonbon »
  • France (Paris) : écouter « bonbon »
  • France (Paris) : écouter « bonbon »
  • (Région à préciser) : écouter « bonbon »
  • France (Paris) : écouter « bonbon »

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

bonbon \Prononciation ?\

  1. Bonbon.

BambaraModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

bonbon \bɔ̃.bɔ̃\

  1. (Anatomie) Menton.

DérivésModifier

Créole haïtienModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

bonbon \Prononciation ?\

  1. Gâteau.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français bonbon.

Nom commun Modifier

Nombre Singulier Pluriel
Nom bonbon bonbons
Diminutif bonbonnetje bonbonnetjes

bonbon \Prononciation ?\ masculin

  1. Chocolat (au sens de bonbon à base de chocolat, de bouchée au chocolat, ce qu’on appelle praline en Belgique).

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 95,2 % des Flamands,
  • 98,5 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

  • Pays-Bas : écouter « bonbon »

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]