Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’espagnol chocolate, traditionnellement supposé tiré du nahuatl xocolātl (« eau amère »). Toutefois, la formation du mot (xocolia (« rendre amer ») + ātl (« eau »)) et l’existence précolombienne de l’étymon xocolātl (« chocolat à boire ») sont discutées, le mot xocolātl n’étant attesté nulle part. Après d’autres — K. Dakin, S. Wichmann, T. Kaufman, J. Justeson —, Magnus Pharao Hansen propose l’étymologie nahuatl chicolātl (« boisson de cacao »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
chocolat chocolats
\ʃɔ.kɔ.la\
ou \ʃɔ.kɔ.lɑ\
 
Morceaux de chocolat (1) noir, blanc et au lait.
 
Des chocolats (2).
 
Tasse de chocolat (3) chaud.

chocolat \ʃɔ.kɔ.la\ ou \ʃɔ.kɔ.lɑ\[1] masculin

  1. (Cuisine) Pâte solidifiée de cacao mélangée à du sucre et souvent du beurre de cacao (ainsi qu'à d'autres ingrédients, éventuellement), et consommée sous diverses formes (tablettes, boissons, bonbons, etc.).
    • Lorsque l’on ouvre une cabosse, les fèves qui s’y trouvent sont blanches et n’ont pas du tout le goût de chocolat. Ce sont les étapes de fermentation puis de torréfaction, comme pour le café, qui lui donneront ses arômes et sa couleur. — (Stéphanie Maccioni, « Valeur calorique et intérêt nutritionnel du chocolat », France 3 le 3 avril 2017)
    • Après, nous avons, en vrac, les addicts au poker, aux jeux en ligne, au tchat, à Facebook. Et, pour finir, les addicts... au chocolat. Oui, au chocolat. — (Didier Pourquery, Les mots de l'époque: 100 tics, trouvailles et autres extravagances du langage quotidien, Éditions Autrement, 2014)
  2. Petite friandise au chocolat.
    • À ce stade, cette fête semble à l’avantage des hommes, mais attention : le 14 mars, les choses se corsent. Dans un deuxième temps : les hommes qui ont reçu des chocolats le jour de la Saint-Valentin (don) doivent à leur tour, offrir un présent (contre-don) aux valentines. — (Fanny Parise, « La Saint-Valentin des Japonais est longue et très codifiée » Slate.fr le 13 février 2017)
  3. (Par métonymie) Boisson faite à partir de cette substance.
    • – Votre chocolat, par exemple, moi je n’arrive pas à l’avaler. J’y mets du sel, du poivre, des oignons, et encore c’est-y pas bon !
      Il ne fut pas, du reste, celui des deux qui rit le moins quand le médecin lui apprit comment se doit préparer un bon chocolat.
      — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 105)
    • Elle s’approcha de la petite table, posa une tasse de chocolat épais et brûlant, me reprit des mains la petite cuiller et me mit elle-même quatre cuillerées de sucre. — (Zakhar Prilepine, Le singe noir, Actes Sud, 2012)
    • Je m’empiffrai de « pistolets », de « couques au chocolat », de « couques aux raisins » avec du fromage et des œufs brouillés. Le tout, accompagné d’un chocolat chaud. — (Évelyne Dress, Les Chemins de Garwolin : Roman autobiographique, Éditions Glyphe, 2016, chapitre 15)
  4. (Par ellipse) Couleur du chocolat, sorte de marron foncé.
  5. (Vieilli) (Péjoratif) (Argot poilu) (Vulgaire) Nègre.
    • Ce sont les chocolats qui attaquent. — (François Déchelette, L'argot des Poilus, les éditions de Paris Max Chaleil, 1918 (édition 2004), page 71)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  chocolat figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : chocolat, œuf.

TraductionsModifier

→ voir chocolat chaud

Adjectif Modifier

chocolat \ʃɔ.kɔ.la\ ou \ʃɔ.kɔ.lɑ\[1] invariable

  1. Couleur brun-marron foncé moyennement saturé. #5A3A22
  2. Déçu, embarrassé.
    • Être chocolat, se trouver chocolat […] — (François Déchelette, L'argot des Poilus, les éditions de Paris Max Chaleil, 1918 (édition 2004), page 71)

HyperonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  chocolat figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : couleur.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier