hyperlatif

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XXe siècle) De superlatif, avec remplacement de super- (« au plus haut degré ») par hyper- (« à un degré encore plus élevé que super- ») ; transformation impropre de superlatif compte tenu de l’étymologie de ce mot (du latin superlativus).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin hyperlatif
\i.pɛʁ.la.tif\

hyperlatifs
\i.pɛʁ.la.tif\
Féminin hyperlative
\i.pɛʁ.la.tiv\
hyperlatives
\i.pɛʁ.la.tiv\

hyperlatif \i.pɛʁ.la.tif\ masculin

  1. (Familier) (Par plaisanterie) Qui dépasse tous les superlatifs, définitivement insurpassable.
    • Vin n°6 : nez sensuel rappelant un peu un rioja sur des notes de liqueur de fruits, de tofee et d’épices. La bouche confirme les sensations du nez. C’est onctueux, riche, avec des tannins d’une finesse hyperlative, et malgré tout une fraîcheur époustouflante. — (Éric B., Dégustation Priorat (Quinté Sens Club Bordelais), lapassionduvin.com, 14 septembre 2008)
    • Le mall à l’américaine trouve d’ailleurs son expression hyperlative dans Las Vegas, ville artificielle, immense galerie marchande étalée le long d’un Strip central, avec ses décors de stucs et de marbres, ses néons et ses jeux d’eau, ses architectures délirantes et spectaculaires. — (Gilles Lipovetsky et ‎Jean Serroy, L’esthétisation du monde, Gallimard, 2013)

NotesModifier

  Il s’agit d’un terme utilisé qui n’est pas d’un usage standard.

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
hyperlatif hyperlatifs
\i.pɛʁ.la.tif\

hyperlatif \i.pɛʁ.la.tif\ masculin

  1. (Familier) (Ironique) (Par plaisanterie) « Superlatif d’un superlatif », qualité de ce qui est hyperlatif.
    • Tout le monde sait maintenant qu’un méga représente 106, soit un million de tout ce qu’on veut ou ne veut pas. En grandissant, ma petite-fille elle-même a abandonné un jour le superlatif « trop bien » pour l’hyperlatif « mégabien ». J’attends le « téra- », qui vaut mille milliards, comme ne savait apparemment pas le capitaine Haddock. — (Gérard Genette, Apostille, Éditions du Seuil, 2012)
    • L’exposition des cadavres écorchés de Gunter bon Hagens fascine des millions de visiteurs [...]. Pour dix-huit francs et une heure de queue aux guichets, ils imaginent naïvement se payer l’hyperlatif de l’extraordinaire. — (François-Xavier Putallaz, Coups de griffe, Éditions Saint-Augustin, 2006, page 23)

NotesModifier

  Il s’agit d’un terme utilisé qui n’est pas d’un usage standard.

TraductionsModifier

PrononciationModifier