FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin immanens (« résidant dans »), de maneo rester [1] [2] [3]

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin immanent
\i.ma.nɑ̃\

immanents
\i.ma.nɑ̃\
Féminin immanente
\i.ma.nɑ̃t\
immanentes
\i.ma.nɑ̃t\

immanent \i.ma.nɑ̃\

  1. (Philosophie) Qui est contenu dans la nature d’un être.
    • En effet, tous les principes synthétiques de l’entendement sont d’un usage immanent, tandis que la connaissance d’un Être suprême exige, de ces principes, un usage transcendant auquel notre entendement n’est pas du tout préparé. — (Kant, Critique de la raison pure, 1787, trad. Tremesaygues, 1905, L’idéal de la raison pure)
    • Nous appellerons immanents les principes dont l’application se tient absolument dans les bornes de l’expérience possible, et transcendants ceux qui sortent de ces limites. — (Kant, Critique de la raison pure, 1787, trad. Tremesaygues, 1905, De l’apparence trancendantale)
    • La Révolution est une forme du phénomène immanent qui nous presse de toutes parts et que nous appelons la Nécessité. — (Hugo, Quatre−vingt−treize, 1874)
    • Mais il faut recomprendre la constitution pour qu’elle fasse fond sur l’être et non plus sur une « matière passive » conçue comme immanente : « L’être-pour ne peut paraître que sur fond d’en-soi » (Carnets, 431). — (Jean-Marc Mouillie, Sartre et Husserl : une alternative phénoménologique ?, dans Sartre et la phénoménologie, ENS Éditions, 2000, page 93)
  2. (Théologie) Qui réside dans.
    • On doit se rappeler que […] l’islam insiste sur la communauté, non sur l’individu, et que la croyance religieuse est, en même temps, de ce monde et de l’autre ; autrement dit transcendante ou eschatologique et immanente en une seule et même fois. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, pages 52-53)
  3. Ce qualificatif est souvent employé à propos d’un principe de justice qui serait contenu dans les choses elles-mêmes et qui se dégagerait tôt ou tard du cours naturel des conséquences.
    • La justice immanente est rarement imminente. — (Pierre Dac, Les Pensées, Éditions Saint-Germain-des Prés, 1972)
    • Le karman et le samsara fonctionnent comme une justice immanente et implacable, une justice sans juges ni avocats, dont les sanctions sont délivrées de manière mathématiques. — (Frédéric Lenoir, Petit traité d’histoire des religions, page 158, 2008, ISBN 978-2-7578-4176-1)

DérivésModifier

AntonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • immanent sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier