FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) De l’onomatopée lap traduisant le lapement ; il n’est pas nécessaire de supposer un emprunt aux langues germanique (→ voir lappen, (« laper ») en allemand, lapen, (« lécher en faisant du bruit ») en moyen néerlandais, to lap en anglais), le mot existe également dans diverses langues romanes (→ voir lambo, (« lécher, laper ») en latin, lappa, (« boire ») en génois, lapo, (« gorgée ») en andalou).

Verbe Modifier

 
Un chat en train de laper de l'eau directement au robinet.

laper \la.pe\ 1er groupe (voir la conjugaison) intransitif

  1. Boire en aspirant avec la langue, en parlant de quelques quadrupèdes, et particulièrement du chien et du chat.
    • Ce chien fait beaucoup de bruit en lapant.
    • (transitivement, très rare) Ce chien a lapé en un instant une jatte de lait.
    • Je me rappelle les folles heures dépensées ainsi, autour de ces comptoirs, à laper goulûment le double poison servi par d’aimables indifférentes, — absinthe et sourires mêlés ! — (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865)
  2. (Figuré)
    • Les professeurs paraissaient figés dans l’extase. Paupières closes, lèvres entrouvertes, index à la tempe, et bottine balancée en cadence hors de la robe d’apparat, ils lapaient le lait sucré de cette éloquence avec des mines de vieux matous gourmands. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 178)

VariantesModifier

  1. lapper

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier