machine à écrire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Composé de machine et de écrire.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
machine à écrire machines à écrire
\ma.ʃi.n‿a e.kʁiʁ\
 
Dessin d’une machine à écrire

machine à écrire \ma.ʃi.n‿a e.kʁiʁ\ féminin

  1. Machine permettant d’écrire et d’imprimer des caractères sur une feuille de papier.
    • C’est une sorte de psychisme, tout comme l’agora-phobie ou la crampe des écrivains, devenue après l’emploi de la machine à écrire, la crampe des dactylographes. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Pour bien apprécier la valeur d’une invention, il faut, d’une part, considérer le temps qui s’est écoulé depuis que le besoin s’en est fait sentir ; de l’autre, la quantité de tentatives restés infructueuses devant les difficultés qu’elle présentait. Envisagée à ce double point de vue, la machine à écrire disposée pour les aveugles, par M. Foucault, aveugle lui-même, est une des plus remarquables qui ait figuré à l’exposition. — (Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, tome 2, Paris : Imprimerie nationale, 1850, page 231)
    • Aigrie, abrutie par huit heures quotidiennes de machine à écrire, elle craint les histoires. — (François Mauriac, Le Nœud de vipères, Grasset, 1933, réédition Le Livre de Poche, pages 98-99)
    • La machine à écrire sur la consolette Louis XV, la ronéotype sur le bureau Napoléon III, des paquets de papier partout sur un vestige de tapis de la Savonnerie, et des cendriers pleins de clopes dans tous les coins. — (Alain Demouzon, Section rouge de l’espoir, 1979, chapitre 9)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier