matérialisme

Voir aussi : materialisme

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIIe siècle) De l’anglais materialism, mot qui apparaît dans la seconde moitié du XVIIe siècle en Angleterre, et son équivalent français aux alentours de 1700 en France.
De l’anglais material (« relatif à la matière, matériel ») avec le suffixe -ism.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
matérialisme matérialismes
\ma.te.ʁja.lism\

matérialisme \ma.te.ʁja.lism\ masculin

  1. Doctrine philosophique qui ramène tout à la matière.
    • Enfin, même dans les ouvrages en langue vulgaire, comme dans la deuxième partie du Roman de la Rose, s’est montrée une extrême hardiesse, une extrême liberté de pensée, et jusqu’à une sorte de naturalisme et même de matérialisme prêché hautement, et mis dans la bouche de Genius, prêtre de la nature, …. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
    • La lutte des intérêts matériels et des principes moraux, de l’utilité et du devoir, du matérialisme et du spiritualisme, se représente ici avec une nouvelle force, et sous un point de vue encore plus important. — (Pellegrino Rossi, Traité de droit pénal, 1829, page 180)
    • Le matérialisme dialectique de Marx.
  2. Attitude générale ou comportement de celui qui s’attache avec jouissance aux biens, aux valeurs et aux plaisirs matériels.
    • Ils demeurent ensevelis dans le matérialisme d’une vie grossière, parce qu’ils ont désespéré de la vérité. — (Frédéric Ozanam, Essai sur la philosophie de Dante, thèse, 1838, page 105)
    • Le matérialisme moderne, qui enrichit les uns et affame les autres, gagne toujours plus les esprits et pousse vers un scepticisme très dangereux pour l’avenir de l’humanité. — (Panaït Istrati, Les Arts & l’Humanité d’aujourd’hui, page 8 ; paru en 2018)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier