néofrançais

Voir aussi : néo-français

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Mot inventé par Raymond Queneau, utilisé pour la première fois (sous la forme néo-français) dans Bâtons, chiffres et lettres (1950)[1].
Dérivé de français avec le préfixe néo-.

Nom commun Modifier

néofrançais \ne.o.fʁɑ̃.sɛ\ masculin invariable (orthographe rectifiée de 1990)

  1. Langue française parlée et vivante, néologisée en permanence par la créativité des francophones.
    • Queneau est un de mes auteurs préférés et j'adore sa prose qui met en valeur le néofrançais.
    • Ce petit livre est surtout la preuve que la défense du français doit être d’abord cela même, une croisade contre le « néofrançais » avant de l’être contre l’anglo-saxon. (au sujet du Petit Manuel du français mal traité source)

Variantes orthographiquesModifier

  • En effet, ce sont surtout les journaux qui nous orienteront vers le français non pas d'hier ou d'avant-hier (qu'il faut posséder bien entendu, je ne le répéterai jamais assez), mais vers le français de demain et d'après-demain, ce qu'on propose parfois d'appeler, parce que c'est plus simple, le néo-français. En lisant Le Monde ou L'Express par exemple, pour ne nommer que ces deux-là, je m'aperçois que le français « sur le vif », le néo-français que parlent les Français à notre époque, s'éloigne sur bien des points de la langue que je balbutiais il y aura tantôt un demi-siècle. — (Irène de Buisseret, Deux langues, six idiomes, Ottawa, Carlton Green, 1975, p. 400)

AntonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

RéférencesModifier

  1. Irène de Buisseret, Deux langues, six idiomes, Ottawa, Carlton Green, 1975, p. 401.