syllabique

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Mot dérivé de syllabe, avec le suffixe -ique.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
syllabique syllabiques
\si.la.bik\

syllabique \si.la.bik\ masculin

  1. (Canada) (Linguistique) Ensemble de symboles utilisés pour représenter les sons d’une langue. Les symboles représentent des syllabes, à la différence d’un alphabet où les symboles représentent des sons ou des phonèmes.
    • Il écrit en syllabique.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
syllabique syllabiques
\si.la.bik\

syllabique \si.la.bik\

  1. Qui a rapport aux syllabes.
    • Valeur syllabique.
    • Augment syllabique.
    • La coupe syllabique obéit aux principes suivants : une consonne seule entre deux voyelles appartient à la voyelle qui suit ; quand deux consonnes se suivent à l'intérieur d'un même mot, elles appartiennent à deux syllabes différentes sauf si la deuxième consonne est [l], [ʁ], ou une semi-consonne : « structure » [stʁyk-tyːʁ], « applaudir » [a-plo-diːʁ], « déployer » [de-plwa-je]. — (Nicole Derivery, La phonétique du français, Éditions du Seuil, 1997)
  2. (Linguistique) Qui représente des syllabes.
    • L’écriture syllabique.
  3. Qualifie une langue où les syllabes rythment la phrase.
    • La poésie du Divan et la poésie populaire, issues de classes sociales différentes, ont su parfois puiser aux mêmes sources d’inspiration : mais ce qui forme entre elles cloison étanche, c'est la forme de la langue : la poésie du Divan emploie le vers métrique, la poésie populaire le vers syllabique. — (Nimet Arzık, Anthologie des poètes turcs contemporains, Gallimard (NRF), 1953, page 10)
    • « Sentinelle » est doublé par sa signification développée , « messager » et « entendement » sont glosés par des synonymes , ainsi que « ministre ». Ce style redondant s'appuie sur les mots comme sur de pures masses sonores qu'il s'agit de répartir dans la phrase afin de lui donner un équilibre syllabique, comme si les syntagmes devaient accéder à une certaine étendue musicale. — (Pierre Alain Cahné, Un autre Descartes : le philosophe et son langage, Librairie philosophique J. Vrin, 1980, p. 27)
  4. Qualifie une méthode d’apprentissage de la lecture, fondée sur l’association des lettres aux syllabes qu'elles forment (par opposition à la méthode dite « globale »).
    • J’appris à lire aux tout petits selon la vieille méthode syllabique que je m’employais à améliorer. Pour chaque élève, j’avais constitué un jeu de lettres écrites en grand sur des cartons. Les enfants devaient reconstituer des sons, puis des mots que je leur indiquais et parfois ceux de leur choix. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 256.)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier