tord-boyaux

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Locution imagée : de tordre et de boyaux.

Nom commun Modifier

Invariable
tord-boyaux
\tɔʁ.bwa.jo\

tord-boyaux \tɔʁ.bwa.jo\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Populaire) Eau-de-vie très forte.
    • On apporta bientôt de l’eau-de-vie de sorbe qui, d’après Nozdirov, rappelait la prune à s’y méprendre, mais qui, au profond étonnement des invités, se révéla un atroce tord-boyaux. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction d'Henri Mongault, 1949)
  2. (Plus rare) Mal de ventre.
    • C'était la terreur. Un sacré tord-boyaux de frousse tellement on avait peur qu'un des deux se viandât méchamment cinq mètres plus bas. — (Luvan, Susto, Éditions La Volte, 2018, chap. 20)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Forme de nom commun Modifier

Singulier Pluriel
tord-boyau tord-boyaux
\tɔʁ.bwa.jo\

tord-boyaux \tɔʁ.bwa.jo\ masculin (orthographe rectifiée de 1990)

  1. Pluriel de tord-boyau.

RéférencesModifier