FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle)[1] Du latin virtuosus (« vertueux »)[2] qui nous donne aussi virtuose par l’intermédiaire de l’italien.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin vertueux
\vɛʁ.tɥø\
Féminin vertueuse
\vɛʁ.tɥøz\
vertueuses
\vɛʁ.tɥøz\

vertueux

  1. Qui a de la vertu.
    • Quoique le malheur passe pour développer les vertus, il ne les développe que chez les gens vertueux ; car ces sortes de nettoyages de conscience n’ont lieu que chez les gens naturellement propres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Ô phrénologues ! L’inéducabilité érigée en principe ? quel inhominalisme ! La sublime créature est éducable, voyante et libre, criminelle ou vertueuse à son choix, responsable. — (L.-V. Frédéric Amard, Homme, univers, et Dieu, volume 2, 1844, page 580)
    • Je suis une femme très-vertueuse selon les lois : je lui rends sa maison agréable, je ferme les yeux sur ses intrigues, je ne prends rien sur sa fortune, il peut en gaspiller les revenus à son gré, j'ai soin seulement d'en conserver le capital. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  2. (Religion) Qui ne commet pas de péchés.
  3. (Par extension) Qui est chaste, pudique.
    • Quelques femmes vertueuses et tendres n'ont presque pas d'idée des plaisirs physiques; elles s'y sont rarement exposées, si l'on peut parler ainsi, […]. — (Stendhal, De l'Amour, 1822)
    • Elle est vertueuse, au sens ignoblement étroit qu’on donne à ce mot, à l’époque, quand on l’emploie au féminin, comme si la vertu pour la femme ne concernait qu’une fente du corps. — (Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 183-184)
  4. Qui est inspiré par la vertu.
    • Une résolution, une action vertueuse.

AntonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier