FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIVe siècle) Dérivé, avec le suffixe adjectival -er, de l’ancien français viage « cours, durée de la vie », composé de vie avec le suffixe -age.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin viager
\vja.ʒe\
viagers
\vja.ʒe\
Féminin viagère
\vja.ʒɛʁ\
viagères
\vja.ʒɛʁ\

viager \vja.ʒe\

  1. Qui est à vie, dont on doit jouir durant sa vie.
    • La marquise s'en était privée pour sa fille, à qui elle avait donné toute sa fortune, en ne se réservant qu'une pension viagère. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Elle avait, comme lui, horreur de la banqueroute, et avait offert le sacrifice de sa dot, montant à 150.000 francs, ne demandant qu’une pension viagère de 1.200 francs pour elle et 1.200 francs pour son fils. — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
viager viagers
\vja.ʒe\

viager \vja.ʒe\ masculin

  1. Ce qui est à vie, dont on doit jouir durant sa vie.
    • J’entends dire qu’il n’y a pas grand espoir à tirer d’une époque où les ambitions ont tant de mobiles et si peu d’excuses, où l’on prend communément le viager pour le durable, où tout le monde se plaint de la rareté des œuvres, où personne n’ose avouer la rareté des hommes… — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 238)
    • Tu n'as pas oublié que le quatrième soir, la garce t'a proposé d'acheter en viager une cabane qu'elle avait à Maisons-Laffitte. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. Revenu provenant d'une rente à vie.
    • La rente viagère peut provenir d'un viager immobilier ainsi que d'un viager financier. En vendant en viager, le vendeur renonce à transmettre ses actifs à ses héritiers.
  3. (Droit de propriété) Type de vente en France
    • En France, le code civil permet de tout vendre "en viager", sa maison, sa voiture ou encore des objets de collection... Il s'agit d'un type de vente très ancien. Le viager a été introduit en France en 876 par Charles 2 dans son royaume.
    • L’année suivante, il fut décidé que Georges achèterait en viager la maison de Pierremont à ses beaux-parents, qui ne pouvaient plus l’entretenir. Les grands travaux allaient commencer, ils ne cesseraient jamais tout à fait. — (Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, J.-C. Lattès, 2011)

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • viager sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier