Voir aussi : enallage

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin enallage, issu du grec ἐναλλαγή, enallagê (« changement, altération »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
énallage énallages
\e.na.laʒ\
Ainsi dit le renard, et flatteurs d’applaudir.
Exemple d’énallage (1) : on veut dire : et les flatteurs applaudirent.
Il revient demain.
Le présent ayant valeur de futur (on veut dire : Il reviendra demain) est un exemple d’énallage (1).

énallage \e.na.laʒ\ féminin

  1. (Rhétorique) Figure de style qui consiste à employer un élément pour un autre. Par exemple un temps, un mode, un nombre ou un genre[1], voire une catégorie grammaticale[2].
    • Le présent historique est un cas d’énallage grammaticale.
    • Les traités de rhétorique appellent énallage l’emploi d’un temps, d’un mode, d’un pronom, à la place de celui qui est ordinairement attendu, et qui normalement, pense-t-on, devrait être symétrique ou homologue au précédent. — (Michel Théron, La stylistique expliquée : la littérature et ses enjeux, éditeur BoD, 2017)

HyponymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • énallage sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier