Voir aussi : étoupé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin stuppa.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
étoupe étoupes
\e.tup\

étoupe \e.tup\ féminin

  1. (Textile) Partie la plus grossière de la filasse.
    • Les chevaux dont on se sert sont des rosses de réforme que l’on achète à bas prix. Avant d’entrer dans l’arène, de peur que les cris de la multitude et que la vue des taureaux ne les effarouchent, on leur bande les yeux et l’on emplit leurs oreilles d’étoupes mouillées. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, rééd. Éditions Complexe, 1989, page 37)
    • Avec une palette en bois mince, on fait tomber la chènevotte broyée, et il ne reste plus qu'à peigner la filasse ainsi mise à nu. On la divise ordinairement en deux qualités ; la plus pure est le brin, la plus grossière est l’étoupe. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 151)
    • Elle courut à sa hutte, elle prit une de ces torches faites d'étoupe et de résine dont les Esquimaux se servent pour leurs pêches de nuit, elle l'enflamma. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • J'obstrue avec du coton et de l’étoupe la brèche que présente le pont. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Tout le monde sait que Rose a tué de ses mains, en l’étouffant avec une étoupe de laine brune, un petit bâtard, ce qui ne l'empêche pas de vouloir se marier, comme tout le monde, en grandes pompes, mais sur le passage du cortège les paysans ont suspendu aux buissons des marmots en papier, découpés dans des almanachs et leur ont collé une étoupe de laine brune aux lèvres. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 327)
  2. (Par extension) Morceau de ce textile.
    • Puis les praticiens bourrèrent d’étoupes trempées dans de l’absinthe les intestins et recousirent le tout avec une aiguille et du fil. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le voyage a été fort bon, même le golfe de Gascogne s'est montré aimable pour le capitaine Bates et ses passagers, mais à peine le feu du cap Saint-Mathieu s'est-il vissé sur l'horizon, qu'une forte houle a accouru de l'Atlantique, et qu'une vilaine brouillasse a empaqueté le cargo, comme dans de l'étoupe humide. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Flèche fantôme, 1932)
    • Il prit le briquet, tira l’étoupe et commença à rouler la molette sous son pouce, provoquant des étincelles qui finiraient par allumer la mèche. — (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, Paris, 2013, page 506)
    • La balle dont vous l’avez frappé ne pouvait pas lui faire de mal. Elle était faite d’étoupe.— (William Makepeace Thackeray, ‎William Thackeray, Barry Lyndon, 2016)

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe étouper
Indicatif Présent j’étoupe
il/elle/on étoupe
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’étoupe
qu’il/elle/on étoupe
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
étoupe

étoupe \e.tup\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de étouper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de étouper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de étouper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de étouper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de étouper.

Voir aussiModifier

  • étoupe sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier