Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De apostrophe.

Verbe Modifier

apostropher \a.pɔs.tʁɔ.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Interpeller par une apostrophe.
  2. (Familier) Adresser la parole à quelqu’un, pour lui dire quelque chose de désagréable
    • Les yeomen séparèrent les prêtres irrités, qui continuaient à élever la voix, s’apostrophant l’un l’autre en mauvais latin, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Au moindre geste d’improbation, il nous apostrophait et nous imposait silence avec une fureur qui nous touchait sans nous convaincre ; […]. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.36)
    • Dites donc, vous autres, – les apostropha-t-il, […], – je meurs de fatigue, et je ne me tiens plus sur les jambes d’avoir été si longtemps en selle. Impossible de vous accorder une seule seconde d’entretien, je suis fourbu, esquinté. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 31 de l’éd. de 1921)
    • Profitez en pour relire votre dossier. Ne sortez pas votre journal, le juge le prendrait fort mal et se faire apostropher en pleine audience est très désagréable. Un livre de poche peut être lu discrètement. — (Maître Eolas, Au fait, comment on fait un procès ? 3ème et dernière partie, 22 juillet 2005 → lire en ligne)
  3. (Par extension) (Désuet) Donner un coup à (quelqu’un).
    • Il l’a apostrophé d’un coup de bâton.

NotesModifier

Les neuf verbes français en ap- qui ne contiennent qu’un seul p au lieu de deux consécutifs sont : apaiser, apercevoir, apeurer, apitoyer, aplanir, aplatir, aposter, apostropher, apurer. Certains autres verbes très rares pourraient également être ajoutés à cette liste, par exemple apériodiser.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France (Occitanie) : écouter « apostropher »

RéférencesModifier