FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin attenuare

Verbe Modifier

atténuer \a.te.nɥe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre moins fort.
    • […] insensiblement la sombre humeur qu’on voyait sur leurs traits s’atténuait, s’effaçait. De menaçants, ils devenaient gouailleurs, puis doucereux, entreprenants. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Un rideau de velours grenat s’abaissait lentement, cependant que s’atténuait la lumière et que bruissaient les derniers chuchotements. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 82)
    • Le pinot meunier, rouge aussi, régulier et rustique, atténue l’acidité mais donne des vins fins moins nerveux. — (Alain Ségelle & ‎Monique Chassang, Les vins de France, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999, p.63)
    • Je me demande même si le contrôle de la fermentation malolactique, en atténuant l’acerbité habituelle, n'a pas aidé nos vins à conquérir le palais de nos compagnes. — (Émile Peynaud, Le vin et les jours, Bordas, 1988, Dunod, 2012)
  2. (Figuré) Rendre moins grave.
    • Atténuer l’effet d’un mal.
    • Ce délit est beaucoup atténué par les circonstances.
    • Il s’est vainement efforcé d’atténuer le crime.
    • Cela n’atténue point ses torts, sa faute.
    • Le crime, le délit s’atténue, lorsque…

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier