avoir soin de

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de avoir, soin et de.

Locution verbale Modifier

avoir soin de \a.vwaʁ swɛ̃ də\ (se conjugue → voir la conjugaison de avoir)

  1. (Familier) Veiller à ce qu’une chose se fasse idéalement.
    • Monsieur Orgon.— Bourguignon, ayez soin de vous, mon garçon. — (Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard, 1730)
    • En devenant maître de Requêtes, Canalis éprouva le besoin d’avoir un secrétaire, un ami qui pût le remplacer en beaucoup d’occasions, faire sa cuisine en librairie, avoir soin de sa gloire dans les journaux, et, au besoin, l’aider en politique, être enfin son âme damnée. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il ordonna, de sa petite voix, que sa mère serait régente pour avoir soin de son éducation ; en d'autres termes, il commanda qu'elle lui commandât, l’éduquât, le châtiât. — (Jules Michelet, Histoire De France au dix-septième siècle : Henri IV & Richelieu, Paris : chez Chamerot, 1857, p. 203)
    • Il faut avoir soin de les élaguer convenablement et de détruire le gui parasite qui les envahit fréquemment. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
    • Sa spécialité consistait à scier les dés et à les piper. Il m’expliqua l’opération, car achetant lui-même l’ivoire, il le débitait en petits cubes dont il forait certains côtés pour les bourrer de plomb, en ayant soin de reboucher ensuite les trous à l’aide d’un mélange de poudre d’os et de sécotine. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

TraductionsModifier

PrononciationModifier