bondieuserie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De bon Dieu avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bondieuserie bondieuseries
\bɔ̃.djøz(ə).ʁi\

bondieuserie \bɔ̃.djøz(ə).ʁi\ féminin

  1. (Péjoratif) Dévotion ostentatoire ; bigoterie.
    • Ce prêtre était très intelligent et très instruit et, ce qui plaisait peut-être plus encore, il n’était nullement asservi par ce manque d’éducation, par ces idées étroites, par ces futiles bondieuseries, qui rendent l’accès des ecclésiastiques dans le monde des lettrés, si difficile. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Donc il faut continuer de réfléchir là-dessus et ce n'est pas en se réfugiant dans la bondieuserie, dans le confessionnalisme, ce n'est pas en confessionnalisant le juif qu'on peut penser la chose. — (Michèle Atchadé, Entretien avec Henri Meschonnic, dans Le corps est-il toujours à la mode ? numéro spécial de Encrage : Cahiers d'esthétique L'Harmattan, septembre 2001, page 96)
  2. (Familier) Objet religieux ou cultuel.
    • L’artiste qui a façonné cette matière n’a su en faire qu’une bondieuserie de luxe : l’angelot censé représenter l’Ange Gardien auquel l’enfant croira un jour ressemble aux Cupidons joufflus fabriqués eux aussi en série par des tâcherons gréco-romains. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 34)
    • On dit qu'il a vendu à un « arcandier » qui fait la brocante, la statue en bois de saint Georges terrassant le dragon... Il paraît que ça se vend cher en grand'ville, toutes ces bondieuseries du vieux temps... — (Jean-Louis Boncoeur, Le Diable aux champs, Fayard, 1981)
    • Dans la pénombre des couchettes où dorment les matelots, on devine une photo de famille et une niche remplie de bondieuseries. — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, pages 30-31)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier