FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Du latin cilicium (« morceau d’étoffe en poil de chèvre de Cilicie »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cilice cilices
\si.lis\

cilice \si.lis\ masculin

  1. (Habillement) Espèce de plastron ou de large ceinture, qui est faite d’un tissu de poil de chèvre, de crin de cheval, ou de quelque autre poil rude et piquant, et que l’on porte sur la chair par mortification.
    • Alors c’étaient des larmes, des désespoirs, et le jeûne, et le cilice, et la discipline.  — (Alphonse Daudet, Les lettres de mon moulin, p. 297)
    • Chaque soir, à genoux, la peau écorchée d’un cilice, il s’efforçait de chasser le fantôme de la femme regrettée. — (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
    • Il était prêt à tout croire au sujet de Ervin, qu’il portait un cilice clouté sous sa robe de bure, et qu’avant de mourir il aurait les stigmates… mais qu’il ne fumait plus ! — (Antal Szerb, Le voyageur et le clair de Lune, 1937, page 128, édition Viviane Hamy, traduction par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huszvai)
  2. (Figuré) Quelque chose qui est la cause d’un ou plusieurs tourments.
    • Porter le cilice ; Prendre le cilice ; Se revêtir d’un cilice.

TraductionsModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • cilice sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier