FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Attesté vers 1120 au singulier la cumplie (« dernière partie de l'office »), de l’ancien français complie[1] avec passage au pluriel sous l’influence de vêpres, matines, laudes.

Nom commun Modifier

complies \kɔ̃.pli\ féminin au pluriel uniquement (voir note)

  1. (Religion) Office du soir, qui est le dernier office de la journée.
    • Je remplis mes devoirs de chapelain loyalement et sincèrement : deux messes par jour, une le matin, l’autre le soir, primes, complies, vêpres avec Credo et Pater. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • 5 1/2 Examen et oraison. 6 Souper et récréation. 7 Litanies, grand silence. 7 1/4 Assister à Complies. 7 1/2 Chant de Salve Regina, Angelus. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • Les sœurs avouent leurs fautes après avoir baisé le parquet.
      — Ma révérente mère, ma mère, mes sœurs, je m'accuse humblement d'être arrivée en retard aux complies.
      — (Dominique Sampiero, Les fruits poussent dans les arbres, 2002)
    • Avant de la laisser seule, le moine lui indiqua la liturgie des heures, matines, laudes, tierce, sexte, none, vêpres, complies et vigiles, et devant son air concentré et perdu, il lui dit que chaque horaire était noté sur une feuille posée sur le bureau... — (Véronique Olmi, Les Évasions particulières, Le Livre de Poche, 2022)

NotesModifier

  • Normalement, on ne trouve qu’un emploi pluriel, mais, par licence poétique, il se peut rencontrer un emploi singulier :
    • Est la Sainte pâle, étalant
      Le livre vieux qui se déplie
      Du Magnificat ruisselant
      Jadis selon vêpre et complie
      — (Stéphane Mallarmé, Sainte, 1865)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier