contrariété

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin contrarietas (« opposition, contrariété »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
contrariété contrariétés
\kɔ̃.tʁa.ʁje.te\

contrariété \kɔ̃.tʁa.ʁje.te\ féminin

  1. Opposition entre des choses contraires.
    • Contrariété d’humeurs. — Contrariété de desseins, d’opinions, de sentiments.
    • Son front, ridé par une contrariété violente, avait quelque chose de fatal. — (Honoré de Balzac, La Maison du chat-qui-pelote, 1829)
  2. (Figuré) Action de s’opposer aux autres en paroles ou en actes.
    • Il a l’esprit de contrariété.
  3. Obstacle qui empêche d’agir ou d’aboutir. — Note : Il est alors souvent au pluriel.
    • […] ; sous ses cheveux, un œil gris brillait à la moindre contrariété d’un feu si resplendissant, qu’on eût dit alors un œil noir. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • À quoi songes-tu donc ? s’informa la maîtresse du logis, surprise de l’inattention qu’elle lisait dans les yeux de l’artiste. Tu n’as pas de contrariétés. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  4. (Familier) Déplaisir, mauvaise humeur

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier