FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De crèche.

Verbe Modifier

crécher \kʁe.ʃe\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Habiter.
    • Direction sud-ouest de Paris en plein bois de Meudon, chef-lieu de canton des Hauts-de-Seine, où créchèrent Ronsard, Rabelais, Manet et Céline, pour amerrir dans La Mare aux Canards, coin-coin, pas de mare et aucun palmipède, sinon dans la cheminée de l'estanco, […]., — (Jules Magret, Touchez pas au frichti: 220 restos au banc d'essai, L'Archipel éd., 2017)
    • La plupart du temps, je créchais dans ma planque, mais la température avait chuté d'un coup, et on était passés sous la barre de zéro degré au cours des dernières nuits. — (Ernest Cline, Ready player one, Éditions Robert Lafon, traduit de l'anglais (États-Unis) par Arnaud Regnauld, 2013, rééd. 2018, chap. 0001)
    • Après réflexion, l'inspecteur ne trouva rien d'anormal à ce que la mère Auny rentrât chez elle. Il n'y avait rien de louche non plus à ce qu'elle créchât aux faubourgs. Elle lui confirma d'ailleurs habiter du côté de la Haute Borne. — (Olivier Guyard, Les morts ne racontent pas d'histoires, Librinova, 2019, chap. 32)
  2. (Québec) (Familier) Rester à dormir chez quelqu'un.
    • Je vais crécher chez mon ami ce soir.
  3. (Transitif) Mettre à la crèche, en parlant du bétail.
    • les prés par leur foin relayant buges puis paschiers dès la Saint-Martin ou la Sainte-Catherine (25 novembre), époque où les froids, la neige obligent à « crécher » les vaches, c’est-à-dire à les laisser à l’étable et à les nourrir avec du foin dans la crèche. — (Revue d’Auvergne, volume 48, 1934, page 156)

DérivésModifier

PrononciationModifier