Étymologie

modifier
Du latin dormīre.
 
Une femme en train de dormir.

dormir \dɔʁ.miʁ\ intransitif, parfois transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Se reposer dans un état inconscient, de sommeil.
    • […] tout le monde dort, essaie au moins de dormir […]. — (Guy de Maupassant, Mademoiselle Fifi)
    • Nous dormîmes honteusement jusqu'à huit heures, et je ne sais combien de temps nous aurions prolongé cette grasse matinée, si l’hôtesse n'était venue nous apporter le café, […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 94)
    • A l'âge qu'il avait, le sommeil ne perd jamais ses droits, et, en dépit de ses préoccupations et des inquiétudes du lendemain, il dormit aussi bien que dormit le grand Condé, la veille de la bataille de Rocroy. — (Fortuné du Boisgobey, Double-Blanc, tome 2, Paris : chez Plon & Nourrit, 1889, p. 5)
    • Elle savait que la belle au Bois dormant reçut le Prince dans son lit, qu’on « leur tira le rideau » et qu’« ils dormirent peu », sans que l’auteur les plaigne. — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Ils devaient être épuisés de fatigue, car ils dormaient profondément, l’un près de l’autre, allongés, les bras collés au corps, comme des cadavres. — (Octave Mirbeau, Le Colporteur, 1886)
    • […] je vis toute la famille de mon hôte, une vingtaine de personnes, dont une dizaine d’enfants, qui dormaient, serrés les uns contre les autres, sur des nattes de pandanus. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Et ils continuent de giberner, mais un tel sommeil s’était emparé de moi que je m’en allai dormir dans la grange. — (Władysław Stanisław Reymont, Pèlerinage à Czestochowa, L’Âge d’Homme, 1984, page 21)
  2. (Transitif) Vivre un rêve, une sieste… en état de sommeil.
    • Saül but de l’eau du ruisseau, s’étendit à l’ombre du grenadier et dormit un rêve comme rafraîchi du vol, tout près de sa face, d’oiseaux frais et soyeux. — (Gustave Kahn, Terre d’Israël, 1933)
    • Marie dort une sieste. — (Anne-Marie Brousseau, Emmanuel Nikiema, Phonologie et morphologie du français, 2001)
    • Le vieux Pontife dormait sa sieste après-midi, lorsque le général Cervoni vint lui annoncer qu’il n’était plus souverain temporel. — (François Rohrbacher, Franz Hülskamp, Hermann Rump, Histoire universelle de l’église catholique, 1849)
    • Est-ce que les heures dormies avant minuit sont plus efficaces? — (site fr.answers.yahoo.com)
  3. (Intransitif) (Sens figuré) Être immobile ou avoir un mouvement imperceptible.
    • J’ai vu, le soir, des fermes plates blotties dans le silence et, sous la lune, c’étaient des paysages d’argent qui dormaient. — (Marguerite Burnat-Provins, Le Livre pour toi dans la bibliothèque Wikisource  , LXXXV. « J’ai traversé cette plaine », E. Sansot et Cie, 1907, page 175)
    • Quand tout dort encore, les larges avenues de Carpentras voient affluer des amoncellements d’asperges, de petits pois, de pomme de terre, de cerises et de fraises. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cette toupie dort, elle tourne si vite que le mouvement en est imperceptible.
  4. (Sens figuré) Gésir dans la mort.
    • On peut découvrir autour de l'église, à l'ombre de vieux hêtres et de vieux tilleuls, une tombe presque envahie par l'herbe. Quelques-uns des parents de Pasteur dorment sous la pierre où est gravée l'inscription très simple : « Ici reposent à côté les uns des autres… » — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, page 6)

Synonymes

modifier
(1)

Antonymes

modifier
(1)

Dérivés

modifier

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier
  •   dormir figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : lit.

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier
  • dormir sur le Dico des Ados  

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin dormire. (c. 1100) se dormir.

dormir \Prononciation ?\

  1. Dormir.
  2. (Pronominal) Dormir.

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier
 

Étymologie

modifier
Du latin dormire.

dormir

  1. Dormir.
    • D’aquest’amor sui cossiros
      Vellan puei sompnhan dormen :
      Quar lai ai joi meravalhos,
      Per qu’ieu la jau jausitz jauzen.
      — (Jaufré Rudel, Quan lo rossinhols el folhos, (transcription tirée de Michel Zink, Les Troubadours - une histoire poétique, 2013, p. 152))

Variantes

modifier

Références

modifier
  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844 → consulter cet ouvrage

Étymologie

modifier
Du latin dormīre (« dormir »).

dormir \duɾˈmi\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Dormir.

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
Du latin dǒrmīre (« dormir »).

dormir \doɾ.ˈmiɾ\ intransitif 3e groupe (voir la conjugaison) intransitif ou transitif

  1. Dormir.
    • Duerme tú, que naciste para dormir […] -- Dors-toi, toi, qui es né pour dormir […]. (Miguel de Cervantes Saavedra, Don Quijote de la Mancha)
  2. Endormir.

dormirse \doɾ.ˈmiɾ\ 3e groupe (voir la conjugaison) pronominal

  1. S’endormir.

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
Du latin dormīre (« dormir »).

dormir \dɔr.ˈmir\ (voir la conjugaison)

  1. Dormir.

Étymologie

modifier
Du latin dormīre (« dormir »).

dormir \duɾˈmiː\ (graphie normalisée) 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Dormir.

Variantes orthographiques

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
dormir
\duɾˈmiː\
dormirs
\duɾˈmiːs\

dormir \duɾˈmiː\ (graphie normalisée) masculin

  1. Sommeil.

Synonymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin dormīre (« dormir »).

dormir \doɾ.mˈiɾ\ (Lisbonne) \doɾ.mˈi\ (São Paulo) 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Dormir.
    • Na penumbra da madrugada, um homem de rosto anguloso empurra em silêncio a porta de um quarto, o seu olhar cansado fixa uma cama que mal se vê e onde dorme uma mulher. — (Hervé Le Tellier, traduit par Tânia Ganho, A Anomalia, Editorial Presença, 2021)
      Dans la pénombre du petit matin, un homme au visage anguleux pousse en silence une porte de chambre, son regard fatigué fixe un lit qu’on devine à peine, une femme y dort.

Prononciation

modifier

Références

modifier