Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De Créton village de l'Eure, célèbre autrefois pour la fabrication de toiles.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cretonne cretonnes
\kʁə.tɔn\

cretonne \kʁə.tɔn\ féminin

  1. Sorte de toile très forte, soit en coton, ou à chaîne de chanvre et trame de lin.
    • Elle était discrète, cette chambre, avec sa peinture blanche et grise, son papier à bouquets bleus, son meuble de noyer, recouvert de cretonne. — (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
    • Cette pièce était meublée d’un petit lit de fer, muni de rideaux en calicot blanc, avec embrasses de cretonne rouge ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Les vitres embuées mettaient une doublure de mousseline à la translucidité des rideaux de cretonne blanchissant avec la lumière levante. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il y faisait nuit en plein jour, mais les cretonnes du lit et des fenêtres, blanches et rouges, n’avaient pas trop souffert. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, p. 24.)

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • cretonne sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

cretonne \Prononciation ?\

  1. Cretonne.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

cretonne \Prononciation ?\

  1. Cretonne.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 35,6 % des Flamands,
  • 41,2 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]