BretonModifier

Forme de pronom possessif Modifier

ez hini \es ˈhĩː.ni\ \e.ˈz‿ĩː.ni\ singulier

  1. Contraction de e (« dans ») et ’z hini (« le tien, la tienne »).
    • M’a toufe beza leal d’it bepred, ma vefe lakaet e zourn dehou ez hini gant eur beleg, m’az karfe gant e holl galon hag e holl spered, neuze ez afe eun darn eus e ene ez korf hag e vefe roet d’it eun tamm eus eürusted an dud. — (Hans Christian Andersen, traduit par Roparz Hemon, Placʼhig Vihan ar Mor, in Gwalarn, niv. 106-107, Gwengolo-Here 1937, page 85)
      S’il jurait de t’être toujours fidèle, si sa main droite était mise dans la tienne par un prêtre, s’il t’aimait de tout son cœur et de tout son esprit, alors une parte de son âme irait dans ton corps et il te serait donné une part du bonheur des hommes.