Voir aussi : Glycine

Français modifier

Étymologie modifier

(Plante) (1744) Du latin scientifique Glycine L.. Du grec ancien γλυκύς, glukos (« sucré, doux ») avec le suffixe -ine. Probablement du fait du goût sucré des tubercules de Glycine apios L., alors considérée comme espèce type du genre[1]. Les huit espèces du genre décrit par Linné dans son Species Plantarum de 1753 ont été dispersées dans huit autres[1].

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
glycine glycines
\ɡli.sin\
 
Fleurs de glycine (1).
 
Molécule de glycine (2).

glycine \ɡli.sin\ féminin

  1. (Botanique) Genre de plante grimpante de la famille des fabacées (légumineuses).
    • Au bout d’un moment, David poussa une grille revêtue de glycines comme d’une housse. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 60)
    • En effet, à l'exception des fleurs, la glycine contient des principes toxiques (phytohémagglutinines, hétérosides, etc. ) dans toutes ses parties, du moins à l’état cru – comme le Robinier ( cf. Robinia ). — (François Couplan, Le régal végétal: plantes sauvages comestibles, 2012, page 227)
    • Sur cette masse de jeunes hommes, certains défendent l’idée d’une Algérie française, où parfois ils sont nés, ne connaissant rien d’autre que ses fonds bleus et ses rives blanches, d’autres l’imaginent seulement à travers le parfum des glycines décrit par Camus. — (Jocelyne Sauvard, Simone Veil — La force de la conviction, l’Archipel, Paris, 2012, pages 72-73)
    • Le temps, très doux, nous a incités à déjeuner à Lancey, dans le jardin, sous la glycine de la petite maison paysanne. — (Gouy-Gilbert, Cécile. « Après le sud-ouest, la région grenobloise (1872-1883) », Le génie de l’eau. Aristide Bergès raconté par sa fille, sous la direction de Gouy-Gilbert Cécile. Presses universitaires de Grenoble, 2021, pp. 40-60.)
    • Dans la roseraie, les roses succédaient en juin à la glycine d’avril – méprisant en silence ces bâtardes de roses trémières mal fagotées, prolétaires pour ainsi dire, et qui pourtant éblouissaient les murs de la maison. — (Dreyfus, Pauline. « Habiter, et ne plus habiter », Ma vie avec Colette. sous la direction de Dreyfus Pauline. Gallimard, 2023, pp. 11-49.)
  2. (Biochimie) Acide aminé de formule NH2-CH2-COOH, le plus simple de tous les acides aminés.
    • Des vingt acides aminés que l’on trouve dans les protéines naturelles, seule la glycine n’est pas chirale. — (François Rothen, Physique générale: la physique des sciences de la nature, 1999, page 259)
    • La glycine, un acide aminé, se contente d’être plutôt sucrée, tandis que l’acide glutamique présent dans les coquillages, le thon et les anchois salé envahit la bouche d'une ribambelle de saveurs. — (Niki Segnit, Le répertoire des saveurs, 2012)
    • Le trèfle, par exemple, excrète surtout des ions ammonium et de la glycine, promptement réabsorbés. — (Jean-Marie Pelt, Cessons de tuer la terre pour nourrir l'homme !, 2012)

Dérivés modifier

Abréviations modifier

Acide aminé :

  • Gly (code à trois lettres)
  • G (code à une lettre)

Synonymes modifier

Acide aminé :

Traductions modifier

Hyperonymes modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi modifier

Références modifier

  1. a et b « Glycine is derived from the Greek glykys (sweet) and probably refers to the sweetness of the edible tubers produced by G..apios L. (Henderson, 1881), now Apios.americana Medik. »— (Lawrence A. Johnson, Pamela J. White, Richard Galloway, Soybeans Chemistry, Production, Processing, and Utilization, 2015)