Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Locution composée de grand et de homme

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
grand homme
\ɡʁɑ̃.t‿ɔm\
grands hommes
\ɡʁɑ̃.z‿ɔm\
 
AUX GRANDS HOMMES LA PATRIE RECONNAISSANTE inscription figurant au fronton du Panthéon de Paris.

grand homme \ɡʁɑ̃.t‿ɔm\ masculin

  1. (Figuré) Homme particulièrement remarquable, d’une haute qualité morale.
    • Mais non. Je crois plutôt que M. de Spoelberch de Lovenjoul a, comme tout le monde, presque tout le monde, le déplorable préjugé du grand homme. Le grand homme doit être un personnage sympathique, comme au théâtre. Le grand homme n’est véritablement un grand homme qu’à la condition qu’on fasse le silence sur ses faiblesses, et qu’on le diminue de tout ce qu’il eut d’humain. — (Octave Mirbeau, La Mort de Balzac, 1907)
    • Cette influence est fondée sur le galimatias et nos grands hommes travaillent, avec un succès parfois trop grand, à jeter la confusion dans les idées de leurs lecteurs ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. IV, La grève prolétarienne, 1908, p. 157)
    • En ce début d'automne 1793, on célèbre, à Genève, une fête simple et idyllique en l'honneur de Jean-Jacques Rousseau. Une blonde jeune fille représente Sophie et pose une couronne de roses sur le buste du grand homme. — (Albert Croquez & Georges Loublié, Fouquier-Tinville, l'accusateur public, Paris : René Julliard, 1945, page 142)
    • Comprends-tu ce que c’est, un grand homme ?
      – Oui.
      – Oui ? Non, tu ne peux pas comprendre. Un grand homme, c’est un homme qui ne vit plus pour soi, mais pour les autres. Il les guide, il les sauve, il est leur âme, comprends-tu ? Pasteur aussi était un grand homme. »
      — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 97)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier