BretonModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) :

Du moyen breton croguen[1][2], d’un celtique *krok-enā sensiblement altéré par rapport à l’indo-européen *koṅkha duquel dérivent le sanskrit शङ्ख, śaṅkha (« conque, coquille, coquillage ») et le grec κόγχη, kónkhē (« conque, coquille, coquillage »)[3].
À comparer avec le gallois cragen (« coquille, carapace ») et le cornique krogen (« coquille, carapace ; crâne »).

(Nom commun 2) :

Dérivé de krog (« accroché, pris ; croc, prise »).

Nom commun 1 Modifier

Mutation Singulier Pluriel 1 Pluriel 2 Pluriel 3
Non muté krogenn kregin kregen kregad
Adoucissante grogenn gregin gregen gregad
Spirante cʼhrogenn cʼhregin cʼhregen cʼhregad

krogenn \ˈkroː.ɡɛn\ féminin

  1. Coquille (noix, crustacé, mollusque).
    • Afrodit a zeuas er-maez eus ar mor e-barzh ur grogenn istr, a-hervez. — (Malo Bouëssel du Bourg, Ar cʼharnedig ruz, in Al Liamm, niv. 401, Du-Kerzu 2013, page 16)
      Aphrodite sortit de la mer dans une coquille d’huître, à ce qu’on raconte.
    • Lavaret e vefe ur grogenn kraoñ kelvez […]. — (William Shakespeare, traduit par J. L. Emily, Ar geben doñvaet, in Al Liamm, niv. 97, Meurzh-Ebrel 1965, page 119)
      On dirait une coquille de noisette […].
  2. (Par extension) Coquillage.
    • Meur a di a zo fichet e dalbenn gant kregin liesliv. — (Alan Heussaff, Gweladennourien e Corca Duibhne, in Al Liamm, niv. 55, Meurzh–Ebrel 1956, page 42)
      Plusieurs maisons ont leurs façades décorées avec des coquillages multicolores.
    • Ha petra a zebren ? Va mignoned kaezh, kregin ! Ya, meskl, a zo ken fonnus ma n’ em beze nemet astenn va dorn d’ o dastum. — (Roparz Hemon, Troioù-kaer ar Baron Pouf, in Al Liamm, niv. 89, Du–Kerzu 1961, page 418)
      Et qu’est-ce que je mangeais ? Mes pauvres amis, des coquillages ! Oui, les moules étaient si abondantes que je n’avais qu’à tendre la main pour les ramasser.
  3. (Zoologie) Carapace (reptile, tatou).

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

Mutation Singulier Pluriel
Non muté krogenn krogennoù
Adoucissante grogenn grogennoù
Spirante cʼhrogenn cʼhrogennoù

krogenn \ˈkroː.ɡɛn\

  1. Serrure.
    • Alcʼhouezet en deus stalaf an nor, met leuskel a ra an alcʼhouez er grogenn. — (Jarl Priel, Erin Go Bragh, in Al Liamm, niv. 70, Gwengolo-Here 1958, page 339)
      Il a verrouillé le battant de la porte, mais il laisse la clé dans la serrure.
    • D’ an diwezh, e filbichas un alcʼhouez e krogenn an nor ha war an treuzoù en em ziskouezas ar beleg gopraet gant Rivaz. — (Jarl Priel, Ar vorvercʼh, in Al Liamm, niv. 79, Meurzh–Ebrel 1960, page 80)
      À la fin, une clé remua dans la serrure de la porte et le prêtre payé par Rivaz se montra sur le seuil.
  2. Anse (de vase).
  3. (Anatomie) Rotule.
  4. (Familier) Vulve.
  5. (Botanique) Cabosse.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Albert Deshayes, Dictionnaire étymologique du breton, Le Chasse-Marée, Douarnenez, 2003
  3. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce