FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Mot dérivé de laid avec le suffixe -eur.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
laideur laideurs
\lɛ.dœʁ\
ou \le.dœʁ\
 
Tableau intitulé Une vieille dame grotesque, dont la laideur des traits a été exagérée.

laideur \lɛ.dœʁ\ ou \le.dœʁ\ féminin

  1. État de ce qui est laid.
    • Mais je déclare que Durandeau a bien mérité de la France, en mettant en circulation dans le commerce cette matière morte jusqu’à ce jour, qu’on appelle laideur. Entendons-nous, c’est de la laideur laide que je veux parler, de la laideur franche, vendue loyalement pour de la laideur. — (Émile Zola, Les Repoussoirs, chap. 1, nouvelle incluse dans Le Vœu d’une morte, Paris : chez G. Charpentier, 1890, p. 290)
    • La beauté et la laideur sont relatives à qui les contemple, et nos visages diffèrent selon les jugements qu’on en porte. Les plus beaux êtres sont ceux qui recueillent les admirations les plus nombreuses. Mais ils sont beaux aussi, les vilains pour qui une admiration, même isolée, remplace l’éloge des foules. — (Maurice Leblanc, Les Heures de mystère, chap. 12 : La laide, reconstitué à partir des coupures de Gil Blas et Le Figaro, de 1892 à 1896, Paris : revue franco-américaine, 1896, p. 88)
    • Elle débuta par une de ses citations préférées d'Oscar Wilde – « La mode est une forme de laideur si intolérable que nous devons en changer tous les six mois » – et enchaîna avec une de ses plaisanteries bien rôdées : […]. — (Lucy Sykes & Jo Piazza, Qui veut la peau d'Imogen Tate ?, traduit de l'anglais (États-Unis) par Christine Barbaste, Éditions Stock, 2016, chap. 5)
  2. (Figuré) Se dit en parlant des vices et des actions vicieuses ou malhonnêtes.
    • La plus part des Princes ne voyent la laideur de leurs actions que sous des mots spécieux , & que sous des raisons sophystiques : Quand ils font des leuées excessiues, on leur dit que les imposts sont les soustiens de la domination, […]. — (René Bary, La morale, où après l'examen des plus belles questions de l'école, l'on rapporte sur les passions, sur les vertus et sur les vices les plus belles remarques de l'histoire, Paris : chez la veuve Gervais Alliot, 1663, p. 124)
    • Il avait tout perdu dans ces pérégrinations, foi, honneur, fierté, et n’avait conservé que les desseins de faire le mal inspiré par les démons de l’enfer. Il eut bientôt fait de se faire connaître et par ses propos impurs et blasphématoires et dévoilé la laideur de son âme basse et perfide. — (Adélard Lambert, Contes de tante Rose, chap.5 : Le diable et son violon, Éditions Édouard Garand, 1927, p. 35)
  3. Chose laide.
    • […] ; les ruelles étranges s’animent, s’emplissent, sous le soleil, de parasols bariolés. Le défilé des laideurs commence, des laideurs inadmissibles ; le défilé des longues robes de magot surmontées de chapeaux melons ou canotiers. — (Pierre Loti, Madame Chrysanthème, chap. 53, 1888, Paris : chez Calmann Lévy, 1899, p. 299)
  4. (Plus rare) Personne laide ; individu laid
    • Florent, dans son ardeur, n'avait-il pas laissé échapper qu'il était une laideur qui, à son point de vue d'artiste, surpassait ce que le monde appelait beauté ? — (Emmanuel Bove, L'Impossible Amour, Alicia Éditions, 2018, chap. 1)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier