Voir aussi : Lare, lære

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Lar.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lare lares
\laʁ\

lare \laʁ\ masculin

  1. (Antiquité romaine) (Généralement au pluriel) Dieu domestique chez les Romains.
    • Dans chaque maison les Anciens adoraient les Lares, ces âmes des morts qui revenaient sur la terre pour veiller sur nous. Ils prêtaient leur saveur à nos aliments. Ils entretenaient notre feu, graissaient les gonds de nos portes, huilaient de bienfaisance nos cœurs fatigués.
      Notre siècle avait chassé de la maison ces dieux qui la protégeaient.
      — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 162)
    • […] ses bandes étaient composées aussi de Satyres, Hémipans, Aegypans, Sylvains, Faunes, Lémures, Lares, Farfadets et Lutins […] — (François Rabelais, Œuvres complètes, Seuil, 1973, page 893)
    • […] une scène mythologique d'Eugène Lami montrant Bacchus, Pan et Silène accompagnés de ribambelles de satyres, hémipans, aegipans, sylvains, faunes, lémures, lares, farfadets et lutins. — (Georges Perec, « La Vie mode d’emploi », in Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », vol. II, 2017, page 480)
  1. (Poétique)
    • Les lares : La maison, la demeure.
    • Abandonner, revoir ses lares, les lares paternels.

NotesModifier

Le singulier est inusité.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
lare lares
\laʁ\

lare \laʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Antiquité romaine) Relatif aux lares.
    • « Les dieux lares sont lents à pénétrer dans une maison », écrivait Lamb, un jour qu’il venait de s’installer dans un nouvel appartement. — (Julien Green, Charles Lamb, dans Suite anglaise, 1927, Le Livre de Poche, page 55)
    • Mais vous trouvez grâce aux yeux d'une toute jeune et ravissante prêtresse du culte aux dieux lares de l'endroit. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Cité de l'étrange peur, 1936)

AnagrammesModifier

RéférencesModifier