Ouvrir le menu principal

Sommaire

LatinModifier

ÉtymologieModifier

De lino[1] (« enduire ») Le Dictionnaire étymologique latin[2] note : « On admet généralement que littera vient de lino, mais l’évolution serait très extraordinaire. Peut-être littera est-il un mot emprunté du grec comme l’écriture elle-même ».
Comparer avec litura (« enduit »), liturarius (« rature, brouillon »).

Nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif litteră litterae
Vocatif litteră litterae
Accusatif litterăm litterās
Génitif litterae litterārŭm
Datif litterae litterīs
Ablatif litterā litterīs

littera \Prononciation ?\ féminin

  1. (Linguistique) Lettre de l’alphabet, mot.
    • ad litteram : à la lettre, littéralement, fidèlement.
  2. (Au pluriel) Lettre.
    • litteris mandare : confier à l’écriture, rédiger, écrire.
    1. Écrit, livre, ouvrage écrit.
    2. Lettres, éducation.
      • nescire litteras, ne savoir ni lire ni écrire, ne pas avoir de lettres.
    3. Lettres, littérature.

VariantesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

  • litterālis, relatif aux lettres (de l'alphabet), épistolaire.
  • litterārius, relatif aux lettres, à l'écriture, épistolaire.
  • litteratē, en caractères lisibles, littéralement, avec érudition.
  • litterātio, enseignement élémentaire (lecture et écriture).
  • litterātŏr, celui qui enseigne l'écriture et la lecture, maître d'école.
  • litteratoria, grammaire.
  • litteratōrius, littéraire, grammatical.
  • litteratulus, assez instruit.
  • litteratura, alphabet - écriture, art de tracer les lettres - grammaire - littérature, ouvrages littéraires.
  • litterātus, qui porte des caractères - stigmatisé - instruit, lettré, savant.
  • litterula, petite lettre, petit caractère d'alphabet.
  • oblittero, oblitérer, effacer

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

  1. « littera », dans Charlton T. Lewis et Charles ShortA Latin Dictionary, Clarendon Press, Oxford, 1879 → consulter cet ouvrage
  2. Michel Bréal et Anatole BaillyDictionnaire étymologique latin, Hachette, Paris, 1885 → consulter cet ouvrage