Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici. De marteau.

Verbe Modifier

marteler \maʁ.tə.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Battre à coups de marteau.
    • Le produit obtenu était une loupe impure, très souvent aciéreuse, mêlée à beaucoup de scories ; on la purifiait en la cinglant et en la martelant plusieurs fois. — (Louis Knab, Fabrication et emplois industriels de l'acier, Paris : G. Steinheil, 1869, page XII)
    • (Figuré)En proie à un violent accès de fièvre, je ne suis guère disposé à admirer le paysage. Je grelotte, je suis tourmenté par une soif ardente, chaque pas de mon cheval martelle ma tête bourdonnante. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 133)
    • (Absolument) —— Marteler sur l’enclume.
    • Bon tu arrêtes de marteler constamment !
  2. Troubler ; remplir d’inquiétude.
    • Cette affaire me martèle le cerveau ou, simplement, me martèle.
  3. Répéter avec insistance, sans faire appel au raisonnement.
    • « Si on filialise, c’est l’explosion du groupe, on ne peut l’accepter », a martelé Jean-François Knepper. — (journal 20 minutes, n° 1144, 1er mars 2007)
    • Le Pen, d’abord, qui martèle qu’« aujourd’hui on ne peut pas incarcérer des gens qui sont condamnés à moins de 5 ans de prison ». — (Dominique Simonnot, Des discours entauleurs, Le Canard enchaîné, 3 mai 2017, page 5)
    • Même lorsque la question identitaire surgit comme une question politique, c’est pour marteler une réponse — le fondement catholique de l’identité canadienne-française — et rarement pour la travailler et en recueillir un ancrage qui permettrait de remettre en marche une dynamique dialectique […]. — (Sébastien Mussi, Le nous absent, Liber, Montréal, 2018, page 50)
  4. (Foresterie) Marquer les arbres et arbustes à couper, en forêt.
    • Lors du martelage des parcelles sinistrées, le gestionnaire peut être amené à marteler une tige non touchée s'il considère qu'elle est sans avenir compte-tenu des dégâts dans le peuplement qui l'entoure ou que son abattage est rendu nécessaire pour l'exploitation des chablis. — (Yves Birot, ‎Guy Landmann, ‎Ingrid Bonhême, La forêt face aux tempêtes, Éditions Quae, 2009, page 63)

NotesModifier

La plupart des auteurs donnent une conjugaison en -èle (« je martèle »), conformément à l’Académie, mais quelques autres (Verlac, notamment) donnent une conjugaison en -elle (« je martelle »).

SynonymesModifier

répéter fortement

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier