Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1080) Du moyen français arbre, de l’ancien français arbre, du latin arbor.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
arbre arbres
\aʁbʁ\
 
Un arbre (1) (Juniperus thurifera)

arbre \aʁbʁ\ masculin

  1. (Botanique) (Biogéographie) (Écologie) (Foresterie) (Sylviculture) Végétal dont la tige, appelée fût ou tronc, ne se garnit de branches et de feuilles qu’à une certaine hauteur. La partie constituée par les branches et les feuilles s’appelle le houppier.
    • Il n’y a pas jusqu’à ces pâles oliviers dont l’aspect n’ajoute à l’austérité du paysage. La plupart ont éclaté par le milieu, le tronc s’est effondré, l’arbre s’est séparé en morceaux […] — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol. 2, 1866)
    • […] dans la nuit, les pauvres arbres, sous l’effort du vent plus colère, gémissent et craquent. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • La capitale du nord n'a pas le moindre monument, mais elle se glorifie de posséder un arbre, le seul qu'il y ait en Islande; c'est un frêne d'environ cinq mètres de haut, ombrageant la façade d'une maison tournée vers le fjord. Les indigènes en sont extrêmement fiers et le montrent comme la grande curiosité du pays. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 69)
    • Camus, au pied de l’arbre, gisait couché sur le dos, tout pâle, les yeux clos. Nul doute qu’il n’était monté à l’arbre et avait dégringolé. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le domaine médio-européen est caractérisé par quelques arbres qui y trouvent leur aire essentielle : le Charme, l’Érable plane, le Mélèze. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 90)
  2. (Mécanique) Axe de rotation.
    • Un moulin à vent se compose essentiellement d’un arbre porté sur un petit bâtiment en bois, qui est susceptible de tourner autour d’un fort pivot vertical, et qui peut par conséquent être orienté convenablement. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 114)
  3. (Par extension) Tige ou pièce cylindrique permettant de transmettre un mouvement rotatif.
    • Le tambour est fixé au moyen de bras à un arbre horizontal qui est actionné par les moyens connus. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • La disposition à engrenages planétaires comporte un pignon central monté directement sur l’arbre du moteur, un équipage de satellites et une couronne fixe dans laquelle les satellites engrènent en tournant sur eux-mêmes. — (La Technique moderne, H. Dunod & E. Pinat, 1936, vol.28, page 481)
    • Un embrayage à roue libre, combiné avec un enclenchement à clabots relie l’arbre du frein auxiliaire à l’arbre principal du treuil. — (Pierre Motard, Forage Rotary : Les matériels auxiliaires, 1971, page 94)
  4. (Charpenterie) Grosse pièce posée horizontalement ou perpendiculairement, sur laquelle tourne toute une machine, et d’où dépend son principal mouvement - Dans une machine qui sert à élever les bois, la pièce du milieu posée aplomb, et sur laquelle tournent les autres ; tel est l’arbre d’une grue, d’un gruau, d’un engin.
  5. (Informatique) Structure de données informatique, ensemble de nœuds qui ont chacun tout au plus un seul ancêtre chacun et un nombre quelconque de descendants.
    • Un disque dur informatique utilise une structure de classement sous forme d’arbre.
  6. (Théorie des graphes) Type de graphe connexe sans cycle, où le nombre d’arc est égal au nombre de sommets moins un.
  7. (Marine) Mât, sur une galère.

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • \aʁbʁ\
    • (Région à préciser) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « un arbre [œ̃.n‿aʁbʁ] »
    • (Région à préciser) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Yvelines) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Massy) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • Suisse (Genève) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Toulouse) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Grenoble) : écouter « arbre [aʁbʁ̥] »
    • Suisse (canton du Valais) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Lyon) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • (Région à préciser) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • (Région à préciser) : écouter « arbre [aʁbʁ] »
    • France (Paris) : écouter « arbre [aʁbʁ̥] »
    • France (Vosges) : écouter « arbre [aʁbʁ̥] »
  • Français méridional : \ˈaʁ.bʁə\
  • France (Montpouillan) : écouter « arbre [Prononciation ?] »

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin arbor.

Nom commun Modifier

arbre \Prononciation ?\ masculin

  1. Arbre.

Variantes dialectalesModifier

CatalanModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin arborem.

Nom commun Modifier

arbre \ˈaɾbɾe\ (graphie normalisée) masculin

  1. (Botanique) (Sylviculture) Arbre.
  2. Mât.

Variantes dialectalesModifier

RéférencesModifier