Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de monnaie.

Verbe Modifier

monnayer \mɔ.ne.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Convertir un métal en monnaie.
    • C’était là qu’il faisait garder, au fond d’un appartement secret, les grands coffres à triple serrure qui contenaient ses richesses en or monnayé, en vases et en bijoux précieux, […]. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • On a monnayé de l’or, de l’argent pour plus d’un million.
  2. (Figuré) (Péjoratif) Donner une valeur vénale à une vertu humaine.
    • Et notre sueur, notre sang, sont monnayés pour payer les caprices de quelques-uns qui aiment le faste, les femmes et le cliquetis des armes! — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch; Le Legs de Caïn (Contes Galiciens), traduction anonyme de 1874)
  3. (Figuré) Demander une compensation pour un service rendu.
    • Il m’était pénible d’abandonner Pencroft, Herbert et Cyrus Smith en pleine bagarre, et il me parut juste de monnayer mon sacrifice.
      « Bon, dis-je. Je vais y aller tout de suite. Mais alors, donne-moi deux biscuits. »
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, pages 82-83)
  4. (En particulier) (Absolument) Frapper la monnaie d’une empreinte.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier