Voir aussi : patir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Francisation du latin pati, qui signifie « supporter, endurer. »

Verbe Modifier

pâtir \pɑ.tiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Souffrir, être dans la misère.
    • — Si j’étais leur mère je gagerais un petit bout de servante qui m’enlèverait un peu de travail au dehors… et je m’occuperais d’eux… Comme cela, je n’ai pas le temps ; ils pâtissent, ils jouent sans moi et je n’ai pas leur amitié s’ils ont la mienne. — (Ernest Pérochon, Nêne, 1920)
    • Si Misère avait connu cet effroyable désastre, elle n’eût point voulu le prolonger, même au prix de la vie ; mais, habitués de longue date aux privations et aux infirmités, elle et Faro en pâtissaient moins que les autres : […]. — (Charles Deulin, Le Poirier de Misère)
  2. Être puni de quelque chose, en souffrir, en éprouver du dommage.
    • — Quand même il ne viendrait personne, dit-elle, ce n’est pas une raison pour nous laisser pâtir. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Davantage tournée vers l’extérieur que ses partenaires européens, l’industrie allemande pâtit sévèrement de la contraction de la demande mondiale. — (Marc Cohen-Solal & Chantal Chaussy, La chute de la production industrielle s’accélère au 4ème trimestre 2008, DGSIS, 2009)
    • Il ne faut pas que l’innocent pâtisse pour le coupable : souvent les bons pâtissent pour les méchants.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier