Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1504) De l’espagnol parangón (« comparaison »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
parangon parangons
\pa.ʁɑ̃.ɡɔ̃\

parangon \pa.ʁɑ̃.ɡɔ̃\ masculin

  1. (Littéraire ou ironique) Modèle ; archétype ; représentant de.
    • Vous n'êtes pas une femme, vous êtes la femme ! Et, comme suprême parangon de grâces et de beauté, vous vous devez à l’admiration de tous. — (Émile Colombey, Ninon de Lenclos et sa cour, Paris : Adolphe Delahays, 1858, page 117)
    • Des ministres tarés et d’anciennes filles publiques étaient tenus pour des parangons de vertu.— (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Le Temps retrouvé, tome 2, page 138, 1927)
    • Quel est le parangon de la famille française ? — La famille antique : réunion de familles groupées sous la main d'un Aïeul. Et la famille antique n'est plus. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l'amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Et pourtant notre Roi, lui qui devrait être le parangon de la force, ne sourit que faiblement et les mots par lesquels il tente de nous donner courage sonnent faux, car nous percevons dans le ton de sa voix la crainte d'une défaite — (Fredric Brown, Fantômes et Farfafouilles, 1961)
    • Il n’y a plus que du concret dont l’arme à feu est le parangon mécanique qui rend le lointain proche et le prochain étrange. — (Amanda Sthers, Les érections américaines, Flammarion, 2013, page 45)
  2. (Bijouterie) Se dit d'une perle ou d’une pierre précieuse parfaite, exempte de défaut.
    • Diamant parangon.
  3. (Imprimerie) (Vieilli) Deux caractères dont l’un est de vingt et un points et l’autre de dix-huit.
    • Gros, petit parangon.
  4. Marbre noir de Grèce[1].

DérivésModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • parangon sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

parangon masculin

  1. Personne ou réalisation pouvant servir de modèle idéal.
    • L'on dit bien que à grand peine veit on iamais femme belle, qui aussi ne feust rebelle: mais cella est dit de ces beautez vulgaires. Toutesfois la vostre est tant excellente tant singuliere, tant celeste, que ie croy que nature l'a mise en vous comme en parangon pour nous donner à entendre combien elle peult faire, quand elle veult employer toute sa puissance & tout son sçavoir. — (François Rabelais, Pantagruel, Marty-Laveaux, 1868, p. 322)

RéférencesModifier

« parangon », dans Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), 2010, 4e édition → consulter cet ouvrage