porter sa croix

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) En référence à la Passion du Christ, qui dut porter la croix sur laquelle il était destiné à être crucifié : « Celui qui ne porte pas sa croix et ne marche pas à ma suite ne peut être mon disciple » (Évangile de Luc, 14/27) Référence nécessaire.

Locution verbale Modifier

porter sa croix \pɔʁ.te sa kʁwa\

  1. Traverser des épreuves pénibles ou des difficultés, en les supportant par obligation.
    • Un grand nombre de personnes portent leur croix : elles souffrent, elles sont affligées, humiliées ; mais, comme elles ne portent pas la croix avec l’Esprit de Jésus et pour son amour, c’est sans mérite pour leur salut : […]. — (Charles Michel Alexandre de Brandt, Méditations pour tous les jours et fêtes de l’année, vol.5, page 11, 1860)
    • […] : Jean Valjean puis Javert et Marius porteront leur croix. Ils seront mis en valeur par cette dramatisation. — (Le Bulletin célinien, n° 183 à 193, 1998)
    • Et comment il fallait qu’elles trouvent leur propre salut et acceptent leur destin et portent leur croix, cette croix étant le fardeau des secrets et le résultat des merdiers qui s’ensuivaient. — (Marlene Van Niekerk, Triomf, page 213, Éditions d’en bas, 2010)
    • Un directeur stagiaire arrivé peu après me confia : « on sent que tu portes ta croix ! ». Dans un tel contexte, la mise en œuvre de standards généraux restera toujours une gageure hasardeuse. — (Gérard De Coninck & Guy Lemire, Être directeur de prison : Regards croisés entre la Belgique et le Canada, L’Harmattan, 2011)

NotesModifier

L’adjectif possessif sa présent dans l’expression renvoie au sujet (qui joue ici le rôle du possesseur) et s’accorde en conséquence.

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier