FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de âpre, avec le suffixe -té.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
âpreté âpretés
\ɑ.pʁə.te\

âpreté \ɑ.pʁə.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est âpre. Rudesse désagréable.
    • Le tannin, qui vient de la rafle, des pépins et des pellicules donne de l’âpreté ; c'est à ce principe qu'il faut rapporter la plus ou moins longue conservation du vin. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
  2. (Sens figuré) Dureté, brutalité.
    • La société Serco, choisie pour bercer les passagers entre Londres en Edimbourg, gère, entre autres, les fourgons cellulaires britanniques, des prisons, des centres de rétention et des foyers de demandeurs d’asile. Sa réputation d’âpreté au gain et d’opacité est détestable. — (Philippe Bernard, Le train de nuit Londres-Edimbourg tourne au cauchemar, Le Monde. Mis en ligne le 5 juillet 2019)
    • L’âpreté des chemins rend les communications difficiles dans ce pays-là.
    • L’âpreté de son humeur, de son esprit le rend insociable.
    • L’âpreté d’une réprimande.
    • L’âpreté d’une discussion.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

RéférencesModifier