FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Verbe dérivé de étoile avec le suffixe -er.

Verbe Modifier

étoiler \e.twa.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parsemer d’étoiles.
    • Le ciel s’étoile.
    • Et là, dans cette nuit qu’aucun rayon n’étoile,
      L’âme, en un repli sombre où tout semble finir,
      Sent quelque chose encor palpiter sous un voile… —
      C’est toi qui dors dans l’ombre, ô sacré souvenir ! »
      — (Victor Hugo, in Demain dès l’aube, page 154, 1990, 2002, Hachette)
  2. Se couvrir d’étoiles ou de choses en forme d’étoile.
    • […]; au pied des cornouillers étoilés d’or pirouettaient les premiers lapins, […]. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 16)
    • Dans les monnaies, les flans s’étoilent, quand ils ne sont pas assez recuits.
  3. (Figuré) Consteller.
    • […]; puis, ayant longé un champ d’avoine, étoilé de bluets et de coquelicots, nous arrivâmes en un verger où des vaches, à la robe bringelée, dormaient couchées à l’ombre des pommiers. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
  4. Fêler en forme d'étoile.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier