compilateur

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin compilator (« pillard », « plagiaire », puis, « qui collecte »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin compilateur
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\
Féminin compilatrice
\kɔ̃.pi.la.tʁis\
compilatrices
\kɔ̃.pi.la.tʁis\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin

  1. Relatif à la compilation ; qui compile des informations.
    • À cette littérature tantôt contingente et circonstancielle, tantôt scolaire et compilatrice, s’oppose la profonde réflexion théologique des historiographes arméniens. — (Jean-Claude Fredouille, René-Michel Roberge, La Documentation patristique : bilan et prospective, Presses de l’Université Laval, 1995, page 175)

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
compilateur compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : compilatrice)

  1. Personne qui compile des données de sources diverses pour en faire une œuvre.
    • Les compilateurs citent souvent ’Hizkiya ben Manaoa’h qui composa, vers 1240, un ouvrage intitulé ’Hazekuni […] — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Quasi-synonymesModifier

Personne qui compile des données

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
compilateur compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin

  1. (Programmation) Programme informatique destiné à traduire des programmes écrits par le programmeur dans un langage de haut niveau (le langage source), en un code objet (écrit dans le langage cible, habituellement lié à la machine d’exécution : langage d’assemblage ou langage machine).
    • Les opérations de création de noyau sont logiquement accomplies sur un système particulier possédant un compilateur. Les systèmes en production n’en possèdent généralement pas. — (Jean-François Bouchaudy, Linux administration, volume 2, Eyrolles, 2011, page 3–17)
    • Ils confient donc à un compilateur, à partir du logiciel qu’ils ont écrit dans un langage de programmation OO tel que C++, Smalltalk, Java ou C#, le soin de le traduire dans les instructions élémentaires du processeur […] — (Hugues Bersini, La Programmation orientée objet, Eyrolles, 2011, page 31)
    • Comme promis, nous allons étudier maintenant la règle qui autorise l’omission de l’esperluète dans un appel de sous-programme. Si le compilateur rencontre la définition de la fonction avant l'invocation, ou si Perl peut savoir d'après la syntaxe qu'il s'agit d'un appel de fonction, celle-ci peut être appelée sans esperluète, comme une fonction intégrée quelconque. — (Randal L. Schwartz & ‎Tom Phoenix, Introduction à Perl, traduit par Raymond Debonne & Noëlle Caël, éd. O'Reilly Media, 2002, page 65)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Programme qui traduit un code source

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier