Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin compilateur
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\
Féminin compilatrice
\kɔ̃.pi.la.tʁis\
compilatrices
\kɔ̃.pi.la.tʁis\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin

  1. Relatif à la compilation ; qui compile des informations.
    • À cette littérature tantôt contingente et circonstancielle, tantôt scolaire et compilatrice, s’oppose la profonde réflexion théologique des historiographes arméniens. — (Jean Claude Fredouille, R.-Michel Roberge, La Documentation patristique : bilan et prospective, Presses de l’Université Laval, 1995, page 175)

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
compilateur compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin (équivalent féminin : compilatrice)

  1. Personne qui compile des données de sources diverses pour en faire une œuvre.
    • Les compilateurs citent souvent ’Hizkiya ben Manaoa’h qui composa, vers 1240, un ouvrage intitulé ’Hazekuni […] — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Les anecdotes que relate Christine sont distribuées selon l’ordre des raisons fixées au départ, mais à l’intérieur de ce cadre la compilatrice use d’une grande liberté. — (Jean-Claude Aubailly, Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble : hommage à Jean Dufournet, Champion, 1993, page 223)

Quasi-synonymesModifier

Personne qui compile des données

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
compilateur compilateurs
\kɔ̃.pi.la.tœʁ\

compilateur \kɔ̃.pi.la.tœʁ\ masculin

  1. (Programmation informatique) Programme informatique destiné à traduire des programmes écrits par le programmeur dans un langage de haut niveau (le langage source), en un code objet (écrit dans le langage cible, habituellement lié à la machine d’exécution : langage d’assemblage ou langage machine).
    • Les opérations de création de noyau sont logiquement accomplies sur un système particulier possédant un compilateur. Les systèmes en production n’en possèdent généralement pas. — (Jean-François Bouchaudy, Linux administration, volume 2, Eyrolles, 2011, page 3–17)
    • Ils confient donc à un compilateur, à partir du logiciel qu’ils ont écrit dans un langage de programmation OO tel que C++, Smalltalk, Java ou C#, le soin de le traduire dans les instructions élémentaires du processeur […] — (Hugues Bersini, La Programmation orientée objet, Eyrolles, 2011, page 31)
    • Comme promis, nous allons étudier maintenant la règle qui autorise l’omission de l’esperluète dans un appel de sous-programme. Si le compilateur rencontre la définition de la fonction avant l'invocation, ou si Perl peut savoir d'après la syntaxe qu'il s'agit d'un appel de fonction, celle-ci peut être appelée sans esperluète, comme une fonction intégrée quelconque. — (Randal L. Schwartz & ‎Tom Phoenix, Introduction à Perl, traduit par Raymond Debonne & Noëlle Caël, éd. O'Reilly Media, 2002, p. 65)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Programme qui traduit un code source

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier