FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de crosse.

Verbe Modifier

crosser \kʁɔ.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se crosser)

  1. (Sport) Pousser avec une crosse.
    • Crosser une balle, une pierre, etc.
  2. (Vieilli) Traiter quelqu’un avec le plus grand mépris.
    • C’est un homme à crosser.
    • De temps en temps on amenait de petits paquets de junkers, par tois ou quatre, tout roses, tout mignons, presque des enfants, on les désarmait, on les fouillait, on les crossait vigoureusement, on les agonisait d’injures : « Provocateurs ! korlinovites ! strelsty de Kérensky ! assassins ! » puis on leur faisait jurer de ne plus prendre les armes contre le peuple et on les jetait dehors à grands coups de pieds. — (Louis Dumur, Les fourriers de Lénine, Albin Michel, 1932, page 355)
  3. (Québec) (Vulgaire) Tromper, arnaquer.
    • Tu t'es fait crosser ben raide.
  4. (Pronominal) (Québec) (Vulgaire) Se masturber. Peut être utilisé pour manifester du mépris à une personne.
    • Va te crosser ailleurs !, se dit à une personne qu'on veut faire partir.
    • - Que fait-il ? - Rien, il se crosse.
  5. (Argot) Sonner
    • Quand douze plombes crossent / les pègres s'en retournent / au tapis de Montron ( Vidocq 1828 ) [1]
    • Douze plombes crossent à la vergne, l'instant de la décarade est arrivé ( 1844 )
    • Faire crosser sa braise, faire sonner son argent
    • Faire crosser la chiffe, parler, avouer. Mot à mot : faire sonner la langue 
  6. Médire, user ses crocs contre sa réputation (selon Delvau 1867 [2])

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

Forme d’adjectif Modifier

crosser \Prononciation ?\

  1. Comparatif de cross.