FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Verbe dérivé de fuir avec le préfixe en-.

Verbe Modifier

enfuir \ɑ̃.fɥiʁ\ pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enfuir)

  1. (Transitif) Échapper rapidement quelque part.
  2. (Pronominal) Fuir, s’échapper de quelque part.
    • […]; mais, quand il vit s’enfuir devant lui, en boitant, l’homme courbé et enveloppé de bandages sanglants, sa pitié l’emporta. […]. Il ne revit pas l’éclopé et il n’en aperçut même aucune trace. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 369 de l’édition de 1921)
    • Confusion : le kaiser s'est enfui en Hollande, mais le militarisme demeure et les chefs sociaux-démocrates du nouveau régime, républicain, font alliance avec les généraux monarchistes et les corps francs à croix gammée contre les spartakistes. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, page 12)
  3. (Pronominal) (Figuré) S’écouler d’un pot, d’un vase, en parlant d’une liqueur.
    • Prenez garde, votre vin s’enfuit.
  4. (Pronominal) (Figuré) Passer, disparaître, se dissiper.
    • […], Rinaldi expliquait si gaiement comme quoi, son père le destinant à la moinaille, on l'avait enfermé en un couvent d'où il s'était enfui, un beau jour, avec la caisse de l’économe, la nièce de l’abbé et une douzaine de mots latins dans la cervelle pour tout bagage, […]. — (Adrien Paul, Les Malvivants, ou le Brigandage moderne en Italie, Paris : Librairie centrale, 1866, p. 131)

TraductionsModifier

PrononciationModifier