excitation

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin excitatio (« état de ce qui est excité », « vivacité », « ardeur »), formé sur le supin excitatum de excitare, exciter.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
excitation excitations
\ɛk.si.ta.sjɔ̃\

excitation \ɛk.si.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’exciter.
    • Pendant ce temps, dans la cité géante, le mouvement insurrectionnel échappait à tout contrôle. […]. Au début, la rébellion ne se manifesta que par des vociférations isolées, des harangues sur les places et des excitations dans la presse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 233 de l’éd. de 1921)
  2. État de ce qui est excité.
    • Il se fâcha contre lui-même, lutta contre cette excitation dont il ne dissimulait pas la nature, presque toute matérielle. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • J'arrivai à Bruxelles quand éclata la nouvelle que des tanks russes encerclaient Budapest. Noircissant encore le tableau, pourtant déjà sombre, mon jovial chauffeur de taxi s'écriait : « Les Russes foutent là-dedans des bombes au phosphore ; ça brûle ; faut voir ça ! » Le brave homme était emporté lui aussi, non certes par l’enthousiasme, car il craignait les Russes, mais par cette espèce d'excitation quasi joyeuse qu'inspirent aux trois quarts des gens un bel incendie ou un bel accident de chemin de fer. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 54)
  3. Action exercée sur un organisme qui déclenche une réponse.
    • Excitation de l’organisme. Excitation locale.
  4. (Médecine) État d’activité anormalement intense des fonctions physiques ou psychiques.
    • Excitation intellectuelle.
  5. Action tendant à provoquer une réaction, une modification d’état, une stimulation ou un sentiment.
    • Excitation à la débauche.
  6. (Électricité) Production d’un flux d’induction dans un circuit magnétique, au moyen d’un courant électrique.
    • Les électro-aimants inducteurs N, S, N, S, etc., sont pourvus d'un enroulement de fil unique, dont le sens alterne de l'un à l'autre; les noyaux de ces electros sont en fer doux ou en fonte; le courant d’excitation est fourni par une petite dynamo à courant continu, du type supérieur Gramme, montée sur le même arbre que l'inducteur de l'alternateur. — (H. Pécheux, Traité théorique et pratique d'électricité, avec notes additionnelles de J. Blondin et E. Néculcéa, Éditions Delagrave , 1901, p. 399)
  7. (Radiocommunication) Production d’oscillations électriques dans un circuit électrique.
  8. (Chimie, Physique) Absorption d’une quantité d’énergie qui provoque une modification d’état.
    • Au delà de 107 Hz, la masse des électrons est elle-même trop importante pour que ceux-ci puissent suivre l’excitation, et le matériau a alors un comportement diélectrique semblable à celui du vide. — (Jean-Marie Haussonne, Céramiques pour l'électronique et l'électrotechnique, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2002, p. 31)

AntonymesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin excitationem, accusatif de excitatio.

Nom commun Modifier

excitation féminin

  1. Excitation.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin excitatio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
excitation
\ˌɛk.saɪ.ˈteɪ.ʃən\
ou \ˌɛk.sɪ.ˈteɪ.ʃən\
excitations
\ˌɛk.saɪ.ˈteɪ.ʃənz\
ou \ˌɛk.sɪ.ˈteɪ.ʃənz\

excitation \ˌɛk.saɪ.ˈteɪ.ʃən\ (États-Unis), \ˌɛk.sɪ.ˈteɪ.ʃən\ (Royaume-Uni)

  1. (Physiologie, Physique) Excitation.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier