FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin lictor.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
licteur licteurs
\lik.tœʁ\

licteur \lik.tœʁ\ masculin

 
Un licteur vu par un peintre du XVIe siècle (Cesare Vecellio).
  1. (Antiquité) Officier public qui marchait devant les premiers magistrats de la Rome antique, qui portait une hache placée dans un faisceau de verges, et qui faisait à la fois office d’appariteur et de bourreau. (Le consul avait douze licteurs, le dictateur en avait vingt-quatre.)
    • Le jeune homme contempla Senatus Populusque romanus : le consul, les licteurs, les toges bordées de pourpre, les luttes du Forum. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Dion Cassius raconte qu’un jour Claude fut très choqué de voir qu’un affranchi non seulement citait son patron devant les tribuns du peuple, mais encore avait obtenu l’intervention d’un licteur pour le faire mener au tribunal. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 354)
    • Glabrio, qui était pour le moins quelqu’un d’irritable, le prévint qu’il ferait mieux de tenir sa langue s’il ne voulait pas qu’il lui envoie ses licteurs pour le faire sortir du tribunal, tout consul qu’il était.  — (Robert Harris, Imperium, Éditions Plon, 2006, page 166)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier