lieutenant-colonel

Voir aussi : lieutenant colonel

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de lieutenant et de colonel.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lieutenant-colonel lieutenants-colonels
\ljøt.nɑ̃.kɔ.lɔ.nɛl\

lieutenant-colonel \ljøt.nɑ̃.kɔ.lɔ.nɛl\ masculin (pour une femme, on dit : lieutenante-colonelle)

  1. (Militaire) Grade donné à un officier supérieur. En France, dans l’armée de terre, l’armée de l’air et la gendarmerie nationale de France, il est situé entre son supérieur hiérarchique, le colonel, et son subordonné, le commandant (armée de terre, armée de l’air) ou le chef d’escadron (gendarmerie), correspondant à celui de capitaine de frégate dans la Marine nationale française. Le code OTAN : OF-4.
    • Le lieutenant-colonel du Paty de Clam est en prison. O lendemains des jours de victoire. Du Paty de Clam est en prison, et dans la propre cellule de Dreyfus, pour comble d’ironie. — (Georges Clemenceau, Au Cherche-Midi dans L'Aurore, 3 juin 1899 - En réunion dans Justice militaire, Stock, 1901, p.96)
    • Le lieutenant-colonel Andolenko, chef de corps du 5e régiment étranger d'infanterie, sursaute en apprenant la nouvelle. Il vient tout juste de débarquer pour prendre le commandement du sous-secteur de Turenne, et déjà on lui annonce que ses troupes sont accrochées, pratiquement au sortir de la ville. — (Patrick-Charles Renaud, Se battre en Algérie, Éditions Grancher, 2008)
    • Profitant de la circonstance, le lieutenant-colonel Fumal installa ses canons antichars – préalablement massés derrière le fossé, de Zuydcoote à la mer – entre Zuydcoote et Ghyvelde. — (Charles Rieupeyrous, Quartiers d'été, Éditions Publibook, 2010, page 319)
  2. (Par extension) (Administrations publiques) Officier supérieur de ce grade, situé entre son supérieur hiérarchique, le colonel, et son subordonné, le commandant.
    • Un lieutenant-colonel des pompiers, des douanes..

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier